Jhendssj nuhe suhsyvs

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3937 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
GLOTTOPOL
Revue de sociolinguistique en ligne N° 2 – Juillet 2003
Anciens et nouveaux plurilinguismes

SOMMAIRE

Introduction Premier chapitre : Les situations de plurilinguisme : aménagement et représentations Lambert-Félix Prudent : Les nouveaux défis de la standardisation. (Comment écrire les langages littéraires, techniques et scientifiques en créole martiniquais ?) Claudine Bavoux :Fin de la « vieille diglossie » réunionnaise ? Gervais Salabert : Les Seychelles : à la recherche d’un trilinguisme équilibré Discussion Deuxième chapitre : Écrire en situation de plurilinguisme Jacky Simonin : Médias de contact et contact de langues. Le cas réunionnais Norbert Dodille : Contacts de langues et de culture dans le Journal d’Yvonne Blondel Discussion Troisième chapitre : Analyses delangues et de discours en situation de contact Jean-Philippe Watbled : Grammaire créole et grammaire française Marinette Matthey : Le français langue de contact en Suisse romande Gudrun Ledegen : Regards sur l’évolution des mélanges codiques à la Réunion : l’avènement de l’interlecte ? Brigitte Rasoloniaina : Le variaminanana des marchands de Tanjombato, zone rurbaine d’Antananarivo DiscussionQuatrième chapitre : Aspects du plurilinguisme en milieu scolaire Rada Tirvassen : Approcher les contacts des langues à partir des outils issus du structuralisme : quel usage effectuer du terme interférence ? Sophie Babault : Plurilinguisme et tensions identitaires chez les lycéens malgaches Discussion

REGARDS SUR L’EVOLUTION DES MELANGES CODIQUES A LA REUNION : L’AVENEMENT DE L’INTERLECTE ?Gudrun Ledegen L.C.F.- U.M.R. 8143 du C.N.R.S. – Université de la Réunion

Introduction
A la Réunion, où le français côtoie le créole, on atteste – comme dans toute zone de langues en contact – de multiples formes mélangées. Partant d’une comparaison entre des corpus, actuels et datant de 25 ans, qui présentent des formes créoles et françaises mélangées, je propose d’étudier les phénomènesd’alternance codique, de calque, d’emprunt, de variation acrolectale, basilectale et mésolectale, et enfin d’interlecte. Plus particulièrement pour les domaines de la morphologie et de la syntaxe, je tenterai de cerner l’évolution – à 25 ans d’intervalle – des mélanges codiques, guidée par l’hypothèse de travail d’un possible avènement du phénomène de l’interlecte. Après une rapide présentation des corpusoraux exploités et du cadre théorique, j’aborderai deux points majeurs : dans un premier temps, je présenterai des exemples de mélanges dont l’analyse semble a priori claire ; cette comparaison des différents types de mélanges révèle des différences dans les deux ensembles de corpus. Dans un second temps, j’aborderai les formes de mélanges qui résistent à l’analyse et pour lesquelles je me suisorientée vers la notion d’interlecte.

Présentation des corpus oraux
Les différents corpus que j’ai exploités pour cette analyse contiennent un ensemble de corpus actuels : a) un premier corpus est constitué de la maîtrise de Mme Souprayen-Cavéry sur les productions mélangées dans une émission interactive intitulée Droit de parole sur Radio Freedom : il contient 8 conversations ; b) une interviewau Port avec un groupe de basketteurs de rue, établie par une étudiante en Licence d’Information et de Communication c) des corpus divers établis par des étudiants en Licence et Maîtrise de Lettres Modernes. Parmi les corpus anciens, j’ai exploité :

102

a) 3 interviews menées par Mme Gueunier en 1978 à la Plaine des Grègues, avec Mme R., et b) 2 interviews menées par M. Barat – pourl’établissement de l’Atlas Linguistique de la Réunion – avec cette même personne à la Plaine des Grègues. Je voudrais souligner ici le fait que les corpus recueillis par N. Gueunier – qui ont souvent été présentés comme peu exploitables à cause de la « communication exolingue » –, ne présentent aucune différence majeure avec ceux de C. Barat, pour les moments où Mme R. est mise en confiance et...
tracking img