Jugement du voyage de bougainville. dialogue entre a et b.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2728 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 1 du Supplément au voyage de Bougainville
De « Avez-vous vu le Tahitien que Bougainville avait pris sur » à « si vous connaissiez le supplément de son voyage »

Thèmes abordés : - Le voyage de Bougainville et sa relation
- Le caractère idéal des mœurs tahitiennes.

Question de l’examinateur : Quel est le rôle du dialogue dans cette présentation de la vie sauvage ?

Lectureanalytique de l’extrait.

Introduction et situation d’ensemble de l’extrait :
Le texte qui fera l’objet de mon exposé est extrait du chapitre I du Supplément au voyage de Bougainville intitulé « Jugement du voyage de Bougainville ». Dans ce chapitre A pose des questions à B, qui a lu l’ouvrage de Bougainville, son voyage, le style de sa relation, les commentaires qu’il fait sur les Jésuites, lesPatagons et les sauvages.
Il s’agit d’un dialogue entre deux personnages anonymes A et B : A semble spécialisé dans les questions, B dans les réponses qui vont constituer les répliques les plus longues. Cependant, parfois A s’autorise à développer certaines réponses de B en surenchérissant ou en les expliquant et en les justifiant : aussi, dans ce dialogue didactique, donnent-ils l’impressiond’entretenir une relation d’égalité même si l’un sait et l’autre pas.
Le texte proprement dit commence à la fin d’une assertion- accord de A vis à vis de B. Puis A, qui a entendu parler du Tahitien que Bougainville avait ramené avec lui à Paris, demande à B si ce dernier l’a vu, montrant ainsi que malgré son statut inférieur, il peut aussi être le moteur de la progression du dialogue.
Trois axesconstitueront mon exposé :
1er axe : Portrait du sauvage Aoutourou vu par les européens
2ème axe : Vision ethnocentriste ou relativiste ?
3ème axe : Le rôle du dialogue dans la présentation de la vie sauvage.

Développement :

I. Portrait du sauvage Aoutourou par les Européens :
Quelques lignes avant le passage proprement dit, B a dressé un premier portrait de l’homme sauvage : »C’est, àce qu’il paraît, de la défense journalière contre les bêtes féroces qu’il tient le caractère cruel qu’on lui remarque quelquefois. Il est innocent et doux, partout où rien ne trouble son repos et sa sécurité ». Les pages qui suivent, centrées d’abord sur Aoutourou, semblent par conséquent continuer ce portrait grâce à la réponse positive de B « Je l’ai v u, il s’appelait Aoutourou. » On sait quedès l’accostage de l’ »Etoile » à Tahiti, un indigène était venu passer la nuit à bord, « sans témoigner aucune inquiétude ». Neuf jours plus tard lorsque l’expédition décida de repartir, il manifesta le désir d’embarquer, malgré les larmes de sa « jeune épouse ou amante ».. B prétend l’avoir vu à Paris pendant le séjour du personnage (mars 1769- mars 1770).
B répond à la première question de A(Avez- vous vu le Tahitien ?) par un récit à l’imparfait et au passé simple jusqu’à « il ne cessait de soupirer après son pays ». Ensuite, nous trouvons surtout les temps relatifs au discours ancré dans la situation d’énonciation (présent, passé simple, futur)
On peut ainsi distinguer deux mouvements : le récit de l’expérience d’Aoutourou vue par l’européen B suscite de nouvelles questions de Aet de nouveaux commentaires. On voit comment le dialogue didactique d’alimente du contact de la réalité et des faits.
Dans ce qui suit, pourrait s’attacher à déterminer quels sont les caractères de l’homme sauvage, sans oublier que c’est un européen qui les formule : la représentation du sauvage en dira autant sur le sauvage que sur le portraitiste. En d’autres termes, l’enjeu de cette page,structurée par le dialogue entre A et B, est sans doute de montrer comment la question « qui sont-ils ? » conduit à se demander : « qui sommes-nous ?
Les deux représentations du sauvage :
L’étude des champs lexicaux permet de faire paraître deux images du sauvage :

1. Le sauvage vu à travers ses difficultés dans la société européenne :
-Ignorance : « il la prit pour la patrie du...
tracking img