Kant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1037 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]

Le critère rationaliste du raisonnement moral.

1. Kant et l’état de minorité (vs autonomie morale) : 3%

➢ Référence : Veillette, p. 7 à 9  et p.71 -72;

|Comment Kant définit-il l’état de minorité? |
|Faites un lien entre cet état et les leçons que l’on peut tirer del’expérience de Milgram; |
| |
|D’après Kant, la minorité est l’incapacité de se servir de son propre jugement sans être dirigé par quelqu’un d’autre. Le philosophe |
|soutient que c’est la paresse et la lâcheté quiplongent l’homme dans la minorité, car ce dernier se contente de se faire guider par le |
|savoir des autres, d’accepter les idées d’autrui sans réfléchir. C’est donc la volonté de facilité, propre à la paresse, qui fait que |
|l’homme est inapte à se servir de son propre jugement. Parallèlement, l’expérience de Milgram conforte assurément la définition de l’état |
|de minorité qui précède. Eneffet, cette expérience montre à quel point, lorsqu'un sujet sait qu'il n'a qu'un rôle d'intermédiaire et |
|qu'il ne peut donc être directement tenu pour responsable de l'acte posé, il est aisé pour lui d’agir sous la directive d’autrui et dans |
|l’ignorance complète. |
||

|En quoi cet état est-il imputable aux « mineurs » eux-mêmes selon Kant? |
||
|Kant affirme que c’est de la faute de l’homme s’il est mineur, car cette minorité n’est pas le résultat d’un manque d’entendement, mais |
|bien d’un manque de courage à s’en servir sans l’aide d’un autre. la paresse et la lâcheté des hommes en sont les causes et provoquent un |
|double effet : les hommes acceptent de se laisser diriger avec une grande facilité et cettemême facilité est présente lorsque certaines |
|personnes exercent une tutelle sur d'autres individus qui font preuve de lâcheté.il est donc plus facile et moins risqué de confier la |
|tâche aux autres que de prendre son courage à deux mains afin de se servir de son propre entendement. |
||

2. Kant et les concurrents possibles de la volonté bonne : 2%

➢ Référence : Veillette, p. 22 à 23;

|Quels sont ces concurrents possibles de la bonne volonté? |
|Selon Kant, la possession de talents, de qualités ou autres donspeut suffire au bonheur de soi mais peut aussi se transformer de manière |
|néfaste, s’il n'y a pas une bonne volonté qui les accompagne. Entre autre, nous retrouvons les talents de l’esprit tels que : |
|l’intelligence, la vivacité, le jugement, ou encore les qualités du tempérament, comme : le courage, la résolution, la constance et la |
|persévérance dans ses desseins. Ajoutantà ceux-ci les dons de fortune : la richesse, le pouvoir, les honneurs, la santé et tout le bien |
|être de son état (bonheur) sans oublier, la modération dans les affects, les passions, la maîtrise de soi et la froide réflexion. Bref, |
|toutes ces qualités s’avèrent être des mérites souhaitables, mais uniquement sous la condition de bonne volonté. |
|Dites en...
tracking img