La bancarisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3530 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Reflétant le degré de pénétration du système bancaire dans une économie donnée, le taux de bancarisation est un indicateur de mesure du niveau de développement de l'offre des services financiers, et un levier de développement socio-économique indispensable. Il renseigne, comme il dépend du niveau d'instruction d'un pays, de la confiance en l'économie et du degré d'ouverture des mentalités auchangement. Au Maroc, ce taux a certes connu une évolution importante eu égard à la conscience prise ces dernières décennies par les pouvoirs publics et les opérateurs financiers œuvrant dans le sens d'une large ouverture du secteur bancaire pour plus de proximité, et pour une meilleure concertation et conformité des pratiques bancaires aux nouvelles normes internationales en la matière. Ce taux aatteint en 2007, 40% grâce notamment à :
- l'accélération de l'implantation bancaire permettant au Maroc de disposer d'un guichet bancaire pour 7.300 habitants ;
- aux efforts d'ordre législatif et réglementaire entrepris ces dernières années par le gouvernement marocain, visant notamment la sensibilisation des populations concernées et des opérateurs financiers aux nouvelles exigences dedéveloppement économique et social ;

Dans le même sens, et selon l'index d'inclusion financière (IFI) élaboré par le Conseil pour la recherche en relations économiques internationale qui permet de mesurer le niveau de bancarisation d'une économie, le Maroc a été classé 37e parmi 100 pays retenus en 2008. Il a été classé premier en Afrique et reste toujours considéré comme pays à faible taux d'inclusionfinancière.
Ce constat est la preuve que le terrain est encore fertile, et qu'il reste beaucoup à faire pour gérer le contexte après crise dans les meilleures conditions d'efficience économique et financière.

Certes, dans le cadre de la stratégie d'inclusion financière menée par le Maroc, on assiste à un renforcement du processus de bancarisation qui selon le Gouverneur de Bank Al Maghribdevrait atteindre les objectifs fixés à fin 2010, soit 50% (y compris Barid Al Maghrib).

Cette tendance sera appelée à persister surtout avec la poursuite des efforts d'amélioration des relations des banques avec leur clientèle notamment avec :
- la définition réglementaire en 2010 des services bancaires gratuits de base ;
- la mise en place d'un indice de prix des services bancaires ;
- l'envoiannuellement à la clientèle d'un relevé de l'ensemble des commissions prélevées ;
- l'exigence de transparence bancaire au niveau des conditions appliquées à la clientèle ;
- la facilité d'accès aux services financiers à une large frange de la population ;
- la mise en place en 2009 d'un dispositif de médiation bancaire destiné à faciliter le règlement à l'amiable des litiges qui surviennententre les banques et leurs clients dans le cadre de leurs relations d'affaires.

Ces mesures ont été dictées par souci d'efficience du système financier qui ne cessera pas d'être renforcée grâce aux textes de loi adoptés récemment (texte relatif au marché à terme, texte relatif à l'encadrement de programmes de rachat en bourse, texte fixant la nouvelle structure de l'actionnariat de la sociétégestionnaire de la Bourse de Casablanca et le nouveau texte sur la titrisation).
Par ailleurs, Bank Al Maghrib envisage de réviser son Statut et Loi bancaire, notamment afin d'être dotée d'un mandat en matière de stabilité financière et de renforcer les dispositifs de prévention et de gestion des crises systémiques.

Ces mesures témoignent d'une volonté récurrente et itérative des pouvoirs publicsde doter le Maroc d'un dispositif financier moderne et modulable qui allie l'exigence de développement en parfaite adéquation avec les standards et normes internationales à la réalité socio-économique et culturelle locale. Ces efforts ont été couplés avec une volonté de la majorité des grandes banques nationales (Attijariwafa bank, Groupe BP, BMCE bank, SGMB et Barid Al Maghrib etc.) d'élargir...
tracking img