La belle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (961 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 7 - Repas de la fête de Gervaise (l’oie) p. 240-242 (édition Livre de poche n°97) : « A la grande table, on respirait, renversé sur les dossiers [...] suffoqués de voir une oie pareille surla table de la Banban ».
Extrait du chapitre 7. A l’occasion de sa fête, Gervaise décide de réunir ses amis et voisins pour un festin, c’est aussi pour elle une façon de se venger desLorilleux en rendant ces derniers jaloux.
L’extrait se divise en 2 parties :
[pic] la première : lignes 1 à 22 ; les invités attendent le plat principal.
[pic] la seconde : deslignes 23 à 40 : l’arrivée triomphale de Gervaise.

La fête de tous les excès :

Petit rappel : en guise d’entrées les invités ont déjà mangé « un potage aux pâtes, unpot-au-feu, une blanquette et des petits pois au lard » !
[pic]  Un certain humour de la part de l’auteur : Les invités sont renversés sur les dossiers des chaises (ligne 2) et sont obligés dedéboutonner leur gilet (l. 3) = les ventres s’enflent de manière grotesque. Un certain côté mécanique : les mâchoires travaillent et ne s’interrompent pas même lorsque la plupart des invités font une pause(noter le verbe continuer) : ligne 6 continuaient à avaler de grosses bouchées).
[pic]  L’état de la table :
• à partir de la ligne 11
• Elle a un aspect assezrepoussant : la vaisselle est grasse, la nappe pleine de taches et de miettes = le laisser-aller général est flagrant, il règne un grand désordre sur la table : les invités ont mangé sans faireattention.
Des caractères de l’écriture naturaliste : une accumulation de détails avec un sens aigu de l’observation : une débandade du couvert apparut sous la vie clarté, les assiettes et lesfourchettes grasses (l. 11). Ici c’est n’est pas le jugement du personnage, ce n’est pas l’opinion de Gervaise, mais celle de l’auteur.
[pic]  la relation à la nourriture :
Les...
tracking img