La coelioscopie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1762 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LA COELIOSCOPIE

La coelioscopie ( ou laparoscopie) est une technique chirurgicale mini invasive pratiquée au niveau de la cavité abdominale, de l'appareil digestif (chirurgie viscérale), en gynécologie, et en urologie. Cette technique est rendue possible par l' utilisation d' une petite caméra (appelé coelioscope) et d' instruments de chirurgies adaptés introduits dans l' abdomen à traversde petites incisions. L' intervention est pratiquée sous anesthésie générale. La coelioscopie peut être pratiquée :

– à visée diagnostique :coelioscopie diagnostique
– à visée opératoire :coelioscopie opératoire

Technique médicale

La cœlioscopie (appelée cœliochirurgie quand une intervention est pratiquée dans le même temps) consiste à accéder à la cavité abdominale sans ouverture de laparoi abdominale. Elle est possible grâce à plusieurs artifices :
Une "optique" (reliée à une caméra) est introduite dans la cavité abdominale à travers une cicatrice que le chirurgien pratique dans l’ombilic. Cette "optique" est reliée à un "moniteur" (écran) que le chirurgien regarde en opérant.
Du gaz carbonique (CO2) est ensuite introduit dans la cavité abdominale. La pression positiveexercée par ce gaz va soulever la paroi abdominale, créant ainsi un espace entre la paroi et les viscères où le chirurgien peut regarder et où il peut introduire ses instruments pour opérer.
Enfin, des "trocarts" (sortes de grosses aiguilles de 5 à 12 mm) sont introduits à travers la paroi ainsi soulevée, par lesquels le chirurgien va passer des instruments de 5 à 12 mm de diamètre pour opérer(pinces, ciseaux, instruments de coagulation et de suture, etc.).

La cœlioscopie (et, a fortiori, la cœliochirurgie) exige une formation spécifique et un certain degré d’expérience.
Intérêts

L’intervention a 2 buts principaux :
1- diagnostique :
Elle permet de rechercher des lésions indécelables
par d’autres explorations, par exemple, les séquelles
d’une infection génitale ou uneendométriose,
pouvant être responsables l’une et l’autre de douleurs
pelviennes et/ou de stérilité.
“ L’épreuve au bleu ” consiste à vérifier plus particulièrement
l’état des trompes utérines par l’injection
dans l’utérus d’un produit de couleur bleue
qui va faire issue par l’extrémité (= le pavillon) des
trompes. Elle permet donc d’analyser la perméabilité
des trompes.

2-Thérapeutique(ou opératoire) :
Dans d’autres cas, selon les constatations du chirurgien,
un geste chirurgical par cœlioscopie peut être
nécessaire au cours de la même anesthésie, sans
ouvrir l’abdomen : c’est une cœlioscopie opératoire.
Dans ce cas, d’autres petites incisions (1 à 3 cm)
sur l’abdomen vont alors être nécessaires pour introduire
des instruments de chirurgie (pinces, ciseaux,
matériel decoagulation ou de lavage).
Cette technique est employée notamment pour traiter
une grossesse extra-utérine, un kyste de l’ovaire,
une endométriose ou des adhérences.
Parfois, le geste chirurgical ne peut être réalisé par
voie cœlioscopique : une ouverture de l’abdomen
est alors nécessaire (appelée laparoconversion).
Il en est de même pour certaines complications
per-opératoires.

Lesintérêts de la cœliochirurgie sont multiples, et ils ont été maintes fois prouvés par des études comparatives, notamment en chirurgie gynécologique et digestive :
diminution de "l’agression" chirurgicale sur le corps du patient, d’où une moindre douleur en post-opératoire;
diminution du risque infectieux;
diminution du risque de complications "pariétales" (abcès de paroi, éventration), ceciétant particulièrement intéressant chez le sujet obèse;
diminution du risque d’adhérences dans le péritoine;
pour certaines interventions : diminution de la durée opératoire;
diminution de la durée d’hospitalisation;
diminution de la durée d’arrêt de travail et reprise plus rapide des activités;
et enfin : Intérêt esthétique, puisque les cicatrices sont de très petite taille....
tracking img