La condition de l'homme moderne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1383 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
"C'est l'avènement de l'automatisation qui, en quelques décennies, probablement videra les usines et libérera l'humanité de son fardeau le plus ancien et le plus naturel, le fardeau du travail, l'asservissement à la nécessité. (...)
C'est une société de travailleurs que l'on va délivrer des chaînes du travail, et cette société ne sait plus rien des activités plus hautes et plus enrichissantespour lesquelles il vaudrait la peine de gagner cette liberté. Dans cette société qui est égalitaire, car c'est ainsi que le travail fait vivre ensemble les hommes, il ne reste plus de classe, plus d'aristocratie politique ou spirituelle, qui puisse provoquer une restauration des autres facultés de l'homme. Même les présidents, les rois, les premiers ministres voient dans leurs fonctions des emploisnécessaires à la vie de la société, et parmi les intellectuels il ne reste que quelques solitaires pour considérer ce qu'ils font comme des oeuvres et non comme des moyens de gagner leur vie. Ce que nous avons devant nous, c'est la perspective d'une société de travailleurs sans travail, c'est-à-dire privés de la seule activité qui leur reste. On ne peut rien imaginer de pire."

Hannah ARENDT .=======================

Voici pour comprendre votre texte:

Le travail: le monde de la vie asservie: habitude, routine, production / consommation =>


Le travail est assujetti à la nécessité de se nourrir, aux besoins: il exige une vie monotone et routinière, quasi-animale: un consentement à la nature.

L'œuvre: le monde humain des objets: il implique la pensée =>


L'œuvre est lafabrication d'objets durables qui constituent un monde humain -> l'œuvre d'art

L'action: le monde pleinement humain des relations.
Le politique réhabilité =>


L'action partagée manifeste à la fois la créativité et la liberté. Elle se réalise dans un pouvoir partagé grâce au débat démocratique, ce qui a pour origine le développement d'un espace public et donc d'un monde pleinementhumain.

I - Une libération qui semble à l'opinion riche de promesses.
II - Une liberté qui en réalité nous amènera au pire
III- Conclusion: ce qu'on peut attendre de l'avenir proche c'est une société de travailleurs sans travail.

Faut-il craindre que la société du travail soit libérée du travail? Nietzsche disait que le travail était la meilleure des polices.

= Lisons le texte ensemble:c'est: introduit une affirmation à partir de laquelle une prévision de ce qui risque de se passer est probable.

l'avènement: terme biblique: la venue, l'arrivée, le développement. Ce qui adviendra.

l'automatisation: la transformation des processus du travail pour les rendre automatiques, pour qu'ils fonctionnent sans intervention humaine.

décennies: quelques dizaines d'années: il estdifficile de prévoir une invention et le rythme des inventions pourrait changer... C'est à plus ou moins long terme.

probablement: d'ailleurs, puisqu'une prévision n'est jamais certaine, elle ne peut être que probable. Est probable ce qui peut être tenu pour vrai bien que cela ne soit pas certain.

videra: les usines étant "automatisées", il n'y aura plus d'ouvrier.

libèrera: délivrera,dispensera de la nécessité du travail puisque le travail sera fait sans intervention de l'ouvrier.

fardeau: charge pénible incontournable dont on ne peut se débarrasser.

l'asservissement: le travail tient l'homme en captivité, il l'enchaîne à un processus.

la nécessité: ce qui ne peut pas ne pas être: les besoins doivent être satisfaits sous peine d'une mort certaine.
= Lisons le texteensemble: (suite)

c'est: introduit l'explicitation de ce qui précède: cela revient à.

société: terme autour duquel le texte s'articule: toute disparition d'une caractéristique essentielle (le travail) d'une société ou bien marque une grave rupture d'équilibre, ou bien bien laisse la place à une autre société puisque l'homme est nécessairement un être social.

=> Comprendre que selon Arendt,...
tracking img