La connaissance scientifique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4244 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Qu’est-ce que la connaissance scientifique ? (1)

Index: -Aristote: 384-322 av.J.C. -Bacon Francis: de Vérulam. 1561-1626. -Bachelard Gaston: 1884-1962. -Bernard Claude: 1813-1878. (A.F). -Bourdieu Pierre: 1930-2002. -Canguilhem George: 1904-1995. -Comte Auguste: 1798-1857. -Cuvier Georges: 1769-1832. -Durkheim Emile: 1858-1917. -Einstein:1879-1955. PN1921. -Feyerabend Paul: 1924-1994. Contrela méthode: 1975; Adieu la Raison 1987. -Fustel de Coulanges Denis Numa: 1830-1889. -Henry Michel: 1922-2002. -Jacob François: 1920; PN 1965. avec Lwoff et Monod. -Laplace Pierre-Simon: 1749-1827. Essai philosophique sur les probabilités. -Monod Jacques: 1910-1976: PN:1965. Le hasard et la nécessité, 1970. -Poincaré Henri: 1854-1912. ( A.F). -Royer Clémence: 1830-1902. -Russell Bertrand: 1872-1970.(P.N de littérature 1950).

NB 1; cette expression de “connaissance sceintifique” a le mérite d’évacuer une ambiguité que l’on peut trouver dans l’appellation plus générale de science, cette dernière désignant au moins jusqu’au dix-septième siècle, et même encore beaucoup plus tard, toute forme de connaissance prétendant à la rigueur rationnelle ou à la systématicité (Hegel, Husserl parlentencore de science à propos de la philosophie ou de la phénoménologie)... Alors que par connaissance scientifique, on entend aujourd’hui à la fois certes un discours rationnel s’opposant étymomogiquement au mythos (le mythe) ou à la simple opinion (doxa /épistémé), mais plus précisément un discours reconnu

1

institutionnellement

(postes,

titres,

chaires,

diplômes,

universitésetc),comme

indépendant des idéologies, des confessions, des passions partisanes ou subjectives, aux contenus susceptibles d’être enseignés, divulgués, communiqués, et susceptibles en droit de favoriser le progrès technique (la techno-science, la technologie).

NB 2: Si une discipline doit être reconnue institutionnellement comme science, pour pouvoir se déclarer telle, il n’en reste pas moinsque la question de la scientificité d’une connaissance est avant tout un problème philosophique et épistémologique. Comment distinguer la connaissance scientifique d’autres formes de connaissances, pour autant que la science ne prétend pas être autre chose qu’une connaissance ( elle pourrait prétendre être une pourvoyeuse de valeurs morales, par exemple,-cf C. Royer, ou l’instance suprême quidéciderait des conditions d’organisation de la société, en prétendant ainsi assurer le bonheur des individus, une attitude que l’on qualifierait de “scientiste”.)

NB 3: Si la science est bien un discours rationnel, elle manifeste en premier lieu la caractéristique de cette dite raison: l’examen critique. Là donc ou règne le dogme, l’argument d’autorité, la censure, le tabou, ce qui fige ou annulela discussion et l’échange des idées, il ne peut pas y avoir de science. Une caractéristique majeure d’une théorie scientifique sera donc de pouvoir être soumis à la critique, et des arguments rationnels d’adversaires, mais aussi bien à la critique de fait de l’expérience. Cf le concept de réfutabilité de K. Popper, invalidant les prétentions du freudisme et du marxisme à cette dite sceintificité.La raison sceintifique n’est pas la raison qui chercherait avant tout à promouvoir un discours définitivement à l’abri du réel, de la nature, bref, de l’expérience, alors même qu’il se refuse à épeler les éphénomènes (cf Bacon F.; la fourmi, l’araignée, et l’abeille). Est-ce à dire pour autant que la science soit l’adversaire naturelle de la religion, est-ce à dire pour autant que progrèsscientifique et société libérale soient solidaires (comme le prétend K. Popper) ? Une réponse à ces question mériterait des développements particuliers.

2

On peut essayer de définir ou caractériser la connaissance scientifique selon trois approches différentes:

A: par son fondement: Ce fondement est un principe, et ce principe est celui du
déterminisme. a:un principe, en l’occurrence, est...
tracking img