La coupe des libations

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2421 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
A.. . L.. . G.. . D.. . G.. . A.. . D.. . L.. . U.. .
Vénérable maître et vous tous mes frères en vos grades et qualités,

La coupe des libations.

Rétrospectivement, un bandeau sur les yeux, j’étais très impressionné et me demandais ce que j’allais subir. Après la rédaction de mon testament philosophique, dans ce petit cabinet mal éclairé, avec pour toute compagnie très Shakespearienne uncrâne, non pas celui de Iago, mais d’un illustre inconnu, j’avais beau me dire, pour me rassurer, que tout ça faisait partie d’une mise en scène, je n’en menais pas large !

Bien sûr, je me disais que tous ces hommes très sympathiques venus m’enquêter ne me voulaient que du bien, mais quand même, à 26 ans, j’avais un peu, comme on le dit vulgairement, les « fois » !

J’arrivais donc, les yeuxbandés, avec tout un cérémonial, dans un nouvel espace où je ressentis une présence nombreuse autour de moi. Quelqu’un s’adressa à moi d’une voix ferme et autoritaire en me demandant de m’engager à « garder le silence absolu sur tout » ce que je pourrai entendre et découvrir parmi les personnes présentes. J’acquiesçais, bien évidemment, très impressionné, car le ton ne semblait pas m’offrir d’autrechoix et puis, quand même, j’étais là pour ça !

Quand ensuite, je bus de l’eau et que de nouveau on me fit prêter serment de silence absolu sur la nature de toutes les épreuves que j’allais subir, mon courage fondit un peu plus. Puis on m’ordonna de boire de nouveau et grande fut ma surprise quand l’eau eut soudain ce goût amer auquel je ne m’attendais pas. J’avoue avoir été égalementmécontent de mettre fait avoir aussi facilement, car ayant goûté, fort à propos, le stress desséchant ma bouche en permanence, de l’eau, je ne m’attendais, bien évidemment, qu’à en boire de nouveau de la même qualité. Bien sûr, je ne me doutais pas que les épreuves, annoncées par la voix autoritaire, avaient déjà commencé et que cette coupe en était la première.

Après, je me tins sur mes gardes pour nepas me faire de nouveau surprendre et ma vigilance me rassura et le reste des épreuves ne fut qu’une « formalité », échaudé comme je l’avais été par cette fameuse coupe amère ! Au moins, ce brave Socrate, savait ce que contenait sa coupe fatale : de la ciguë !

De cette épreuve, je retins que, face à une situation nouvelle, il faut s’adapter le plus rapidement possible, il en va parfois de savie ! Il ne fait pas bon rester trop longtemps vulnérable et qu’il ne faut pas uniquement compter sur les autres. Et qu’il ne faut, de surcroît, ne jamais s’endormir sur ses lauriers et baisser sa garde mais, bien au contraire, ne dormir que d’un œil et rester vigilant, tel un félin !

Si le maçon s’endort, baisse sa garde, devient moins voire même non vigilant, son eau douce et pure risque dese transformer rapidement, à son insu, en un breuvage amer, tel le vinaigre ! Mais ne faut-il pas parfois un peu de fiel pour mieux apprécier ensuite le goût du miel !

Depuis, à chaque fois que je me suis senti coupable d’un engagement non tenu, d’une promesse non réalisée, j’ai ressenti cette amertume, stigmate de ma faiblesse, de ma faillite par rapport à mes engagements pris auprès d’autrui.Alors depuis, quoi qu’il m’en coûte, j’essaie d’aller, le plus souvent à défaut de toujours, au bout de mes engagements, de mes promesses. Mais, si je n’ai pas, fort heureusement, trop souvent ressenti cette amertume du fait de ma propre responsabilité ou de mes faiblesses, il m’est arrivé néanmoins plus souvent de me sentir blessé et amer d’une promesse qui me fut faite par quelqu’un d’autreet qui ne fut pas tenue !

Cette ligne de conduite, depuis 20 ans, je m’y astreins, en toute volonté et en toute liberté, mais je sais que je ne peux exiger d’autrui ce même effort. Alors, à chaque fois, car j’ai foi en l’humain sinon je ne serai pas ici, j’ai mal, je suis amer pour lui-même si je sais que, tout comme moi, mon frère qu’il soit profane ou maçon, est également faillible !...
tracking img