La crise de l'automobile

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1715 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA CRISE DE L’AUTOMOBILE

L’industrie automobile, aussi bien européenne qu’américaine, est la première grande victime de la crise financière. La vitesse à laquelle le secteur subit les conséquences du ralentissement économique a quelque chose de sidérant. Les ventes s’effondrent de part et d’autre de l’Atlantique. Les annonces de fermeture d’usines se multiplient. Aucun constructeur n’échappe àune révision drastique de ses perspectives de bénéfices. La soudaineté et la rapidité du désastre s’expliquent par plusieurs raisons. D’abord, l’industrie automobile est d’une extrême sensibilité aux variations de consommation.


Les raisons de la crise:
D’après le journaliste du Monde Stéphane Lauter le point de départ de la crise est marqué par des mises au chômage technique, des planssociaux ou des faillites de fournisseurs, essentiellement financier. En Effet la crise des crédits dits « subprimes » on obligé les banques à fermer les robinets du crédit, malgré les politiques monétaires jugée trop insuffisante. En Europe, près de 70 % des voitures sont achetées à crédit, et beaucoup plus encore aux Etats-Unis. Lorsqu'il devient difficile, voire impossible, d'emprunter del'argent, l'effet sur les ventes est massif.
La Crise de L’Automobile prend donc sa source dans la crise des Subprimes du a l’irresponsabilité générale du monde financier. Aux Etats-Unis, des courtiers qui ne sont pas des banques peuvent distribuer des prêts immobiliers. Ils ne se sont pas souciés de savoir si les gens pouvaient rembourser, car ils transféraient ensuite les prêts à d'autres banques.Ces prêts vérolés, mélangés à des crédits sains, changeaient ensuite plusieurs fois de mains, si bien qu'à l'arrivée, plus personne ne savait vraiment ce qu'il avait acheté. Outre l'irresponsabilité des banques, il y a eu une irresponsabilité des agences de notation. Ce sont des sociétés qui donnent une note à la solidité des émetteurs - les banques - et à la qualité de leurs produits. Elles ontdistribué des bonnes notes alors qu'en réalité, elles ne savaient pas si les produits financiers qu'elles jugeaient étaient ou non truffés de subprimes. Enfin, la troisième irresponsabilité, la pire, revient à la banque centrale américaine qui, sous la houlette de son ancien président, Alan Greenspan, et au nom du laisser-faire, a laissé agir aussi bien les banquiers avides que les agences denotation imprudentes. Des produits financiers contaminés ont été vendus au monde entier.
A cette crise des crédits s’ajoutent maintenant une crise monétaire. La dégringolade du dollar face à l'euro et au yen, après que la Réserve fédérale a ramené ses taux directeurs à zéro, a des effets dévastateurs. Ces dernières années, Toyota, Honda et Nissan ont prospéré en grande partie grâce au marchéaméricain. Les ventes aux Etats-Unis ont représenté jusqu'à trois quarts de leurs gigantesques profits : près de 20 milliards d'euros à eux trois rien qu'en 2007.Et pour cause, les véhicules asiatiques semblent plus adapter aux grands métropoles américaines et consomment surtout beaucoup moins de carburant ,dont le prix a la pompe bas aujourd’hui des records (40$). Mais, avec un dollar à 87 yens, au lieu de110 encore cet automne, la fête est finie pour les constructeurs japonais. Même Toyota, numéro un mondial, admiré pour l'efficacité de son système industriel, va afficher les premières pertes de son histoire. Nous Pouvons ainsi noter des chutes de ventes record dans les pays dits du nord, ou la plupart des achats ne sont pas des premières acquisitions.

Aux Usa les ventes de voitures on baisséde 27% tandis les ventes de voitures en Europe s'établissent actuellement à moins de 11 millions, contre 17 millions en 2007. Au Japon, le marché devrait revenir en 2009 à ses niveaux de... 1978. Aux Etats-Unis, où le marché est en train d'imploser, les trois gloires déchues du secteur, General Motors (GM), Ford et Chrysler, sont menacées de disparition. En Islande les Islandais n'ont acheté...
tracking img