La crise h1n1

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1214 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Pendant la crise H1N1, plusieurs gens et groupe de gens ont eu leurs mot à dire. C’est-à-dire, différents acteurs interne et externe on été affecter par cette crise et plusieurs événements on certainement modifier l’opinion de ces gens sous différentes angles.
D’abords, les acteurs internes qui sont les gouvernements, les médecins, infirmières, les responsables de gestion de la crise, certainspoliticiens. Les acteurs externes sont plutôt les publics généraux, les gens atteint par le virus, les familles affectées etc.

En première vue, une tel crise soulève plusieurs questions, le public se demandent, d’où viens la crise, qu’est-ce que sa veux dire pour nous? Nos enfants? Notre famille? Elle engendre un certain niveau de panique et les gens au pouvoir doivent porter attention a cesentiment de panique dans la population et gérer au plus tôt que possible, rassurer les gens. Si la situation n’est pas mis sous control au plus vite, des rumeurs risque de ce rependre, les gens risque de ce faire des idées ou des théories, il faut a tout cout éviter cela.

Les groupes au pouvoir, les politiciens, le gouvernement, est en général responsable d’atténuer la crise dans le cas de lapandémie H1N1. Des supposer campagnes de « peur » on eu place au Québec, puisque des milliers de vaccins avaient été commandé et que les sondages démontrait qu’un grand pourcentage des gens ne voulait en fait pas prendre le vaccin, le gouvernement québécois a donc ‘semer la panique’ pour changer l’opinion public. Bien sur, c’est une mauvaise façon de procéder.

Régine Laurent, présidente de laFédération interprofessionnelle de la santé du Québec, « estime que la population a en effet pris panique, rappelant que de longues files d'attente se sont formées à l'extérieur des sites de vaccination, une situation qu'elle qualifie «d'épouvantable». Elle signale qu'il n'y avait pas «pire endroit» pour attraper un virus. »[1]

Plusieurs sondages ont été soumis a la population durant la crise poursavoir leurs opinions pour pouvoir mieux prévenir ce qui se passerais pendant la distribution des
vaccins. Un sondage a été distribué entre autre au États-Unis en 2009, les résultats étaient plutôt choquant auprès du gouvernement fédéral, 54% [2] de la population disaient avoir été déçus envers le gouvernement et leurs pauvre réponse a cette crise, surtout par rapport au manques de vaccinscommander, de plus, une certaine crainte du public par rapport au danger de ce faire vacciner par un médicaments qui n’avaient pas été tester en profondeur du au manque de préparation a une éventuelle crise comme celle-ci a créée un atmosphère de doute potentiellement nuisible au plan d’action du gouvernement.

La majorité des vaccins sont devenue disponible vers la fin de la deuxième vague de lapandémie, alors qu’on ne parlait pratiquement plus de la crise, c’était déjà du passer dans le monde médiatique, les gens avaient cessez d’attendre l’arriver du vaccin.

En tant que groupe d’autorité au pouvoir, il était le devoir du gouvernement Québécois d’organiser une campagne de vaccination contre le virus H1N1, les groupes d’intérêts en charge aurait commandé près de 11 millions de vaccins, cequi est très bien, mais la population québécoise n’est que de 7.5 millions, il est très bizarre et ceci soulève immédiatement un scepticisme parmi le public. Les gens commencent à se demander si les groupes de pression, le gouvernement et les bureaucraties etc. n’ont pas profiter de cette crise pour semer la peur et exploiter sur le plan monétaire.

Une entrevue entre la journaliste pour lapresse, Rima Elkouri et Dr Bouali chef des soins intensifs de l'Hôtel-Dieu du CHUM, illustre la crainte du Dr Bouali envers l’attitude de la population Québécoise envers le vaccin.

En effet, le Dr Bouali explique que le virus H1N1 n’est pas une maladie extrêmement grave mais si elle atteint le système respiratoire elle peut être fatale. Il a communiqué avec des collègues de travail en...
tracking img