La crise vu par aglieta

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1814 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Aglietta (2008) : La crise

D’après le point de vue dominant chez les économistes et la théorie des marchés efficients, l’économie de marché s’auto-ajuste face aux crises dont la source est extérieure au fonctionnement des marchés. (le choc est considéré comme exogène)

Aglietta postule quant à lui que les crises financières sont endogènes au cycle financier étant donné que toutes les crisesqu’a connues le capitalisme se caractérisent par des phases analogues :
D’abord une phase d’essor puis une phase d’emballement suivie d’une phase de peur et de désordre et enfin d’une phase de redressement.

La finance est par nature instable (cf Keynes et « instabilité financière).
Cette instabilité des marchés financiers s’expliquent principalement par la formation des prix :

En effet,les prix sur les marchés financiers ne peuvent pas jouer le mécanisme d’ajustement entre l’offre et la demande comme cela est le cas sur le marché des biens (lorsque sur le marché des biens, la demande est supérieure à l’offre, les prix augmenteront ce qui entrainera simultanément une baisse de la demande et une augmentation de l’offre, pour à terme retrouver un équilibre entre l’offre et lademande de biens).

Sur les marchés financiers, lorsque les prix augmentent, la demande d’actifs augmente elle aussi. Les variations de prix ne peuvent donc pas permettre l’équilibre entre l’offre et la demande comme cela est le cas sur le marché des biens.
Lorsque les prix sont à la hausse, les actifs financiers prennent de la valeur ce qui augmente leur demande. C’est cette valorisation quifabrique globalement de la demande. Plus les prix augmentent, plus la valeur augmente ce qui fait augmenter la demande et donc les prix etc…
Ce processus semble illimité étant donné que dans la logique capitaliste le prix des actifs est fonction de l’anticipation de leur augmentation, si bien qu’ils attirent toujours plus d’acquéreurs.
Néanmoins ce processus comporte une limite dans la mesure où plusles prix augmentent et plus il est difficile financièrement d’acheter les actifs. Dans un premier temps, il peut être possible de puiser dans son épargne personnelle afin d’acheter les actifs. Mais au fur et à mesure que l’épargne se réduit et que les prix augmentent la seule possibilité est le recours au crédit. Sans le crédit, la demande d’actifs se réduirait suite à la baisse de l’épargne.Pour l’essentiel, l’acquisition des actifs se fait à crédit.
Ce lien entre le crédit et le prix des actifs est crucial pour comprendre le déroulement des cycles financiers. Plus le crédit est intense, plus le prix des actifs augmentent, plus nombreux sont les acheteurs incités à s’endetter puisqu’ils peuvent gager leurs crédits sur des actifs de plus en plus chers.
Aussi bien l’offre de crédit etla demande de crédit seront fonction croissante des prix des actifs qui dépendent eux-mêmes de l’abondance et de l’accroissement du crédit ce qui explique pourquoi le processus ne peut aller qu’aux extrêmes.

Pourquoi la crise n’a-t-elle pas été prévue ?

Théoriquement, quand le crédit croit plus vite que la production, il y a risque évident de dérapage. Le problème est que si le crédit croitbeaucoup plus vite que le revenu, il croit cependant moins vite que la valeur des actifs. Or, la financiarisation de l’économie s’est traduite par une modification des règles comptables des entreprises cotées. La juste valeur ou « fair value » des actifs s’évalue sur la base d’une estimation de leur valeur de marché. Dans une comptabilité conçue de la sorte, la dette des acquéreurs d’actifs vaparaître faible puisqu’elle est garantie en collatéral par des actifs dont la valeur croit plus vite que la dette. Les banquiers ne perçoivent donc pas le risque puisqu’ils prennent comme indicateurs les valeurs de marché. Les banques s’endettent massivement pour pouvoir prêter beaucoup, ce qui pose des problèmes de liquidités car moins elle a de capital en réserve pour garantir les crédits...
tracking img