La culture est elle la nature de l'homme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1691 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La culture est-elle la nature de l’homme ?

Comment faut-il comprendre le passage de l’homme à l’état de nature qui est semblant à l’animal à un état de culture qui serait ce qui le définie ? Comment un processus d’acquisition peut-il définir un homme ? N’est-il pas ce qu’il est à la naissance ? La culture désigne l’ensemble des phénomènes qui ajoutent à l’élément naturel une modificationhumaine et qui aboutit à des pratiques contingentes et variables. A l’inverse, la nature désigne l’ensemble des phénomènes et des objets qui ne sont pas modifiés par l’intervention humaine. Les philosophes donnent plusieurs définitions différentes à ces termes selon leur point de vue. Pour Aristote, la nature signifie l’autonomie. Et pour Freud, la culture a pour but de défendre l’homme contre lanature qui est synonyme de l’animalité. La culture est-elle ce qui définit l’homme et qui le distingue de l’animal ? Dans un premier temps, nous verrons qu’un homme sans culture n’existe pas. Dans un second temps, nous distinguerons cependant des limites, un homme est à l’état de nature à la naissance, il est donc définit comme homme qu’il y ait passage à l’état de culture ou non. Et dans un troisièmetemps, nous remarquerons que malgré un état de nature à la naissance, la culture est partout présente même dans les actions les plus naturelles.

D’après l’Anthropologie de Rousseau dans son œuvre Du Contrat social, si un homme est dépourvu de culture, alors il lui reste la nature humaine. Celle-ci serait constituée de quatre éléments. Tout d’abord, « l’amour de soi », c’est-ce qui permettraità l’homme de survivre. De fait, grâce à « l’amour de soi » l’homme développe un instinct de survie qui lui permet alors de se préserver et de se satisfaire en besoins primaires. Ce n’est pas un instinct violent, mais il peut le devenir par nécessité, en effet si l’homme peut parvenir à éviter les souffrances, il le fera au bénéfice du plaisir. De plus, la nature humaine est composée de la pitié,qui est un sentiment naturel qui consiste à une répulsion de la vue de la souffrance chez d’autres êtres vivants. L’homme seul est un être inoffensif qui ne cherche à penser, il jouit seulement de l’instant présent en harmonie avec la nature. La troisième composante de la nature humaine est la liberté. L’animal agit de manière instinctive et univoque, tandis que l’homme lui est capable de contrerses propres instincts et ainsi aller au-delà en choisissant et diversifiant ses réponses. Il arrive donc à se séparer de la nature, c’est-ce qui lui permet de se distinguer de l’animal. Et enfin la perfectibilité, c’est-ce qui permet de caractériser la capacité que l’homme a, à accumuler et augmenter son savoir. Il possède un intervalle illimité d’accumulation du savoir. Cette perfectibilité faitpartie intégrante de l’homme, c’est-ce qui le différencie également de l’animal, qui lui, reste à l’état de nature toute sa vie.
Mais qu’appelons-nous culture? Par culture nous entendons les « savoirs de l’homme », c’est-à-dire les sciences, les arts et les lettres. Ce sont eux qui spécifient à chacun sa grandeur, et font ainsi de ces êtres cultivés une valorisation importante. Celui qui n’a pasla culture requise pour faire de « hautes études » est-il pour autant un être démuni de culture? Lorsque l’on emploi les termes « homme sans culture » ou bien « inculte », on ne peut s’empêcher de penser que cela est péjoratif. Le regard sur la culture est défini par l’ensemble de la société. Il ne faut pas limiter le terme de culture aux grands savoirs, en effet, on peut y compter, les croyances,le sport, les valeurs, les normes, les coutumes, les traditions… En élargissant ainsi le terme de culture, on ne peut penser qu’un homme ne peut être dépourvu de culture. Par exemple, un homme qui préférerait faire du sport plutôt que de passer son temps dans un musée, à contempler des œuvres d’arts ou bien tout simplement lire, n’en demeure pas moins un homme de culture dans le sens où le...
tracking img