La femme violente

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2489 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I. La Femme violente

1. La violence dans le couple
« Par violence domestique, il est entendu une atteinte à l’intégrité de la personne, qu’elle soit de nature : • physique (lésions corporelles, gifles, etc.)
• psychique (insulte, menace, harcèlement, etc.)
• sexuelle (viol, contrainte sexuelle, etc.)
• économique (contrôle absolu des ressourcesfinancières, etc.) »
(Gutjahr 2001)

Ce n’est qu’en 1977, avec la sociologue américaine Suzanne Steinmetz, qu’apparait la notion de « mari battu ». Certains psychologues comme cette dernière, Strauss et Gelles affirment dans une de leurs études (Behind Closed Doors - Violence in The American Family) que les femmes commettent la moitié des violences physiques domestiques. Même si ces violences restentinférieures à celles perpétrées par les hommes, elles n’en restent pas moins alarmantes du fait que les femmes comment des agressions avec des armes, provoquant des blessures plus graves. Ce nouvel aspect de la violence domestique apparait progressivement dans le débat public cependant la recherche ignore ce thème en Europe tandis qu’aux Etats-Unis et au Canada elle est prise en plus grandeconsidération.
On observe plusieurs cas pour la femme. Il peut tout d’abord s’agir d’une riposte après avoir subit pendant des années les sévices de son partenaire, le blessant ou même le tuant. Cependant les hommes préfèrent minimiser le problème, d’où l’occultation de ces expériences vécues. En effet la soumission, principale caractéristique de la victime ne cadre pas avec l’image de l’homme.Certaines expériences de victimisation sont difficiles à accepter pour les hommes car elles contredisent l’image du sexe fort et les schémas de socialisation qui doivent faire de l’homme un être fort, dur et dominateur. « Ce qui n’est pas conforme à ce qui doit être n’existe pas » (Lenz 2000). Une étude allemande (Jungnitz et al. 2004) a montré que dans les relations de couple, la violence contre leshommes peut prendre toutes les formes possibles jusqu’à la maltraitance systématique. Parmi les quelque 200 hommes interrogés : Un homme sur six a reconnu avoir été bousculé violemment par sa partenaire une fois ou plus ; Cinq à dix pour cent des hommes interrogés disent s’être vu infliger les actes suivants par leur partenaire: gifle légère (18 sur 196), morsure ou griffure douloureuse (13 sur196), coup douloureux, bousculade ou empoignade (10 sur 196) ou lancement d’un objet dangereux (10 sur 196). Et plus important encore, la violence psychologique est mentionnée nettement plus souvent que la violence physique. Le contrôle social vient très nettement en tête devant les humiliations, le dénigrement et les insultes. Il est aussi démontré que la femme prend le plus souvent l’initiative dela violence lorsqu’elle est auteure.
La violence domestique ne s’arrête pas au couple hétérosexuel mais touche aussi ceux à tendance homosexuelle. D’après Statistique Canada, le taux de violence conjugale chez les homosexuelles est le double de celui déclaré par les hétérosexuelles (15 % contre 7 %). « L’homophobie constitue un facteur important de la violence dans les couples de lesbiennes,explique Françoise Guay, du Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes. Le fait d’appartenir à un groupe social stigmatisé produirait un stress qui ferait augmenter les conflits dans le couple. L’homophobie et la misogynie ambiantes peuvent aussi avoir été intégrées par une lesbienne violente, qui extériorise cette haine sur sa compagne. » C’estce qu’on appelle la lesbophobie intériorisée.
En définitive, les femmes se montrent violentes tant qu’elles n’ont pas accédé à l’égalité de fait. Elles défendent leurs droits par la violence, un moyen synonyme de masculinité et de pouvoir. Ainsi, Les débats sur la violence féminine pourraient préfigurer un changement de perspective. La répartition traditionnelle des rôles est de plus en plus...
tracking img