La guerre en afghanistan face au réalisme et au libéralisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1696 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LA GUERRE EN AFGHANISTAN FACE AU RÉALISME ET AU LIBÉRALISME

Travail de recherche
Dans le cadre du cours POL 2503A
Introduction aux relations internationales
Au professeure Hélène Pelerin
Groupe de discussion XX

Par
Gaelle Melissa Dovonou
5324990

Jeudi, 01 avril 2010
École d’études politiques
Université d’Ottawa

De nos jours, plusieurs catastrophes prennent place dans notresociété, soit des séismes, des pandémies, des guerres etc.… tout cela, pour un but précis. Les attentats qui se déroulent depuis les dernières décennies n’ont que coutées la vie à plusieurs individus et le prétexte fut l’obtention d’une puissance étatique. Les relations internationales démontrent de ce fait plusieurs facteurs de ces cataclysmes en expliquant à travers les différentes théories desrelations internationales. Prenons pour cas la guerre en Afghanistan, une guerre qui a été marquée mondialement, dû au fait qu’elle s’est déroulé suite à l’attentat du 11 septembre 2001 aux États-Unis. La guerre en Afghanistan ouvre beaucoup de débats sur le plan international, ainsi que dans la discipline des relations internationales. Les deux théories des relations internationales qui semblentcombler les explications de cette guerre sont le réalisme et le libéralisme. Comment est-ce que le réalisme et le libéralisme justifient la guerre en Afghanistan?
Premièrement, le réalisme privilège l’État comme étant, le centre, l’acteur principal et l’unique joueur dans la société internationale. Un seul système est acceptable au niveau international : le système d’anarchie soit l’absence d’uneautorité ou d’un gouvernement. Donc chaque état possède une certaine souveraineté qui leur permet de chercher le moyen de se défendre et de maximiser ses forces militaires afin de crée des conditions favorables à la guerre. Les états ne peuvent point se faire confiance les uns et les autres car chacun cherche son Intérêt. On fait allusion au concept de l’intérêt national. D’après plusieursréalistes classiques, notamment Morgenthau, cet intérêt national est présenté comme étant la maximisation de la puissance, du pouvoir d’un État vis-à-vis des autres États. La guerre en Afghanistan opposa les États-Unis ainsi que d’autres pays en collaboration avec les forces militaires de l’Alliance du Nord, contre les régimes talibans. Cette guerre commença suite aux attaques du 11 septembre 2001. Le butétant de capturer Oussama Ben Laden, de mettre fin à l’organisation Al Qu’Aïda et de renverser le pouvoir. Dans le cas de la guerre en Afghanistan, l’État comme étant puissant considérer par les réalistes est les États-Unis. Cet État fait usage d’hégémonie, soit une situation où un État est tellement puissant par rapport aux autres qu’il domine sans rival, tel le cas durant les attaques enAfghanistan; aucune pitié ne fut manifestée par les américains. >. Aujourd’hui, les chefs américains ou un désir de dominance sur le monde entier. Depuis l’attaque des tours du Word Trade center, 11 septembre 2001, les États-Unis ont renforcé leur système de sécurité. Les afghans ont manifestés leur puissance face aux États Unis. Cela revient au principe du dilemme de sécurité établit par lesréalistes qui signifie que lorsqu’un pays, un état, manifeste une certaine augmentation de puissance, cela force les autres états à faire de même, tel est le cas des États- unis suite aux attaques. Selon Thucydide, auteur réaliste, la guerre est le résultat de la peur d’un changement d’équilibre de puissance. L’équilibre de puissance étant considérer comme le moyen privilégié par les partisans duréalisme pour assurer une sécurité internationale. Un des principes de l’équilibre des puissances soit mieux vaut faire la guerre plutôt que de perdre a affecté les décisions des États-Unis lors de la guerre en Afghanistan. D’après une formule du théoricien allemand Carl Von Clausewitz, la guerre est la continuation de la politique par d'autres moyens, il faut souligner que les conflits sont...
tracking img