La mort d'emma - mme bovary (fait par tony)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1382 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction:

Gustave Flaubert fût un écrivain français né en 1821 et mort en 1880. Il est un prosateur de premier plan de la deuxième moitié du XIX ème siècle et a marqué la littérature française par la profondeur de ses analyses psychologiques et par la force de son style dans de grands romans comme Mme Bovary (1857) et L’Education sentimentale en 1869.

Mme Bovary est l’histoire d’unejeune femme, Emma, qui, à cause de son esprit romantique, doit vivre la réalité en se réfugiant dans des lectures et des amants. L’extrait qu’on va commenter …

Problématique: Quelle représentation de la mort d'Emma Flaubert donne-t-il?

I/ Spectacle de l'agonie

A/ Différents points de vue

- L'agonie d'Emma est présentée sous trois regards: celui d'Emma, Charles et le narrateur.

- Emmaoffre une vision interne de l'agonie, Charles une vision externe et le narrateur une vision globale. Cet éventail de points de vue permettra une description minutieuse de l'agonie d'Emma. Le réalisme consiste souvent en une multiplication des points de vue.

-"j'étouffe!", "Enlève-le! dit-elle vivement; jette-le!", des phrases courtes et vives à travers des nombreuses exclamations caractérisentle discours d'Emma. Elle apporte une approche réelle de sa souffrance au lecteur: rien de mieux qu'écouter les lamentations du malade lui-même.

- "C'est extraordinaire! c'est singulier! répéta-t-il" , "Il se recula tout effrayé", "Il la questionna; elle ne répondit pas", les interventions de Charles expriment l'horrible état d'Emma. Il permet aussi une approche un peu plus médicale : "Charlesobserva qu'il y avait au fond de la cuvette une sorte de gravier blanc, attaché aux parois de la porcelaine".

- Le narrateur permet la focalisation des sens d'Emma: "Une saveur âcre", "elle entendait le battement de la pendule", "Elle s'épiait curieusement", "elle sentait un froid de glace".

B/ Le système énonciatif: le narrateur

a) Discours direct

- L'utilisation du discours directpermet le contact entre Emma et Charles , ce qui fait ressortir la souffrance d'Emma: "Il la questionna, elle ne répondit pas", "Enlève-le! dit-elle vivement; jette-le!". Emma exprime son irritation, qui est d'ailleurs double: un mari inutil, un poison douloureux.

- Mais il permet aussi, en dehors du dialogue, d'exprimer et mettre en relief la pensée d'Emma: "Ah! c'est bien peu de chose la mort!",le fait que le narrateur laisse la place à Emma pour exprimer ces pensées après avoir décrit ce qu'elle sent crée ce relief.

b) Discours indirect libre: Flaubert est dans Emma

-Le narrateur est externe, texte à la troisième personne "Elle"/"Il"/"lui", et a un point de vue interne, verbes de perception "elle entendait"/"pensait-elle".

- Le narrateur peut donc raconter les faits en prenantune certaine distance avec les personnages. Mais cette distance se dissipe lors de l'utilisation du discours indirect libre "Mais non! rien encore". On peut penser que le narrateur rentre vraiment dans Emma. Ceci crée un rapprochement qui fait plus sensible l'agonie d'Emma, on pourrait dire que le narrateur ressent lui-même sa souffrance. (("Je suis moi-même Mme Bovary" citation extraite despropos de Flaubert.))

C/ Des sens et des sensations continuellement évoquées

- Les sens et les sensations ont une place privilégiée dans cet extrait:

=> Elles sont sujet des phrases: "Une saveur âcre qu'elle sentait", "Cet affreux goût d'encre continuait", "les vomissements reparurent".

=> Plusieurs contrastes significatifs:

--"Elle entendait le battement de la pendule, le bruitdu feu, et Charles, debout près de sa couche, qui respirait": on note un lexique qui revient au vivant "battement", "feu", "respirait". Cette harmonie légère est en accord avec le fait qu'elle ne souffre pas, "Mais non! rien encore", d'où la réplique "Ah! c'est bien peu de chose, la mort!". Cet image faible de la mort heurte violentement avec la souffrance qu'elle ressent après: "j'étouffe!",...
tracking img