La musique avec et sans une politique culturelle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 34 (8304 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 août 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
PUMA Nicolas
1J

CESSEZ D’ETRE GENTIL SOYEZ VRAI !
Thomas D'Ansembourg
Les Editions de L’HOMME.

L’auteur
Thomas d'Ansembourg thérapeute, auteur et conférencier est né en 1957. Il a commencé sa carrière en tant qu'avocat et conseiller juridique. Soucieux de donner un sens à sa vie, il s'est engagé dans une association d'aide aux jeunes en difficulté dans les années 1990. C'est àcette période qu'il a pris conscience de la nature de la violence, qui n'est en fait qu'une manifestation de besoins profonds pourtant insatisfaits. Il s'est formé à une méthode, la communication non violente (CNV) auprès de son fondateur, Marshall Rosenberg.
Aujourd'hui, il anime des séminaires et des conférences sur le thème de la communication non violente. Il est proche du psychanalyste (jungien)et auteur Guy Corneau qu'il a rejoint dans l'association Cœur.com. Sa perspective est que par un apprentissage sur soi et de la communication, les personnes puissent prendre en compte leurs besoins et leurs limites pour ne pas en charger la relation et l'autre mais en négocier la gestion d'abord avec soi et ses propres instances internes (tripes, cœur, tête…) puis avec les autres.
Il est membredu comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence.

Bibliographie
2001 : Cessez d'être gentil, soyez vrai !, Éditions de l'Homme
2004 : Être heureux, ce n'est pas nécessairement confortable, Éditions de l'Homme
2006 : Guerre et paix dans le couple : Petites mise en scène(s) de Ménage DvD coproduction Gsara
2008 : Qui fuis-je ? Oùcours-tu ? À quoi servons-nous ? Les éditions de l'Homme

Le livre

PREFACE

Exprimer sa vérité dans le respect d’autrui et dans le respect de ce qu’on est, voilà le projet auquel
nous convie d’Ansembourg. En effet, la plupart d’entre nous en sont encore aux balbutiements
lorsque nous tentons de communiquer.Nous sommes habitués à évaluer les autres, à les juger et à
les étiqueter sans leurrévéler quels sont nos propres sentiments, sans oser nous dire. Qui, parmi
nous, peut se vanter de faire l’effort d’inventorier les sentiments qui motivent ses jugements avant de
les énoncer ? Qui prend la peine d’identifier et de nommer les besoins qui ont été refoulés et
camouflés derrière les mots que nous prononçons ? Qui tente de faire des demandes réalistes et
négociables dans sesrapports avec les autres ? Le but, ici, est de rencontrer l’autre sans cesser
d’être soi.

INTRODUCTION

En ignorant ses propres besoins, on se fait violence et on reporte cette violence sur les autres. Il faut
accepter ses besoins, les écouter, les différencier, établir des priorités et en prendre soin soi-même,
plutôt que de se plaindre du fait que personne ne s’en occupe. Il faut aussiaccepter que l’autre a des
besoins et qu’on n’est pas nécessairement la seule personne compétente et disponible pour les
satisfaire.
Le principe est celui de la communication consciente et non violente. En effet, la violence est la
conséquence d’un manque de conscience. Il y a violence dès que nous utilisons notre force non pour
créer, stimuler ou protéger, mais pour contraindre. Cette contraintepeut s’exercer sur nous-mêmes ou
sur les autres. Cette force peut être affective, psychologique, morale ou hiérarchique.
Si cette violence n’est pas nommée, c’est qu’elle s’insinue dans les mots mêmes que nous employons
innocemment tous les jours. Nous traduisons notre pensée et donc notre conscience principalement
par le véhicule des mots.
Par ce processus en quatre points, nous sommesinvités à prendre conscience que nous réagissons
toujours à quelque chose, à une situation (1. Observation), que cette observation suscite toujours en
nous un sentiment (2. Sentiment), que ce sentiment correspond à un besoin (3. Besoin) qui nous
invite à formuler une demande (4. Demande). Cette méthode est basée sur la constatation que nous
nous sentons mieux lorsque nous voyons clairement ce à...
tracking img