La naissance de l'amour

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1006 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Naissance de l’amour Introduction

Plan du cours

Introduction à la problématique de la naissance de l’amour, chez Laclos, puis dans le groupement de textes ; puis mise en commun du travail préparé à la maison sur ce thème autour des 3 textes de la princesse de Clèves, la vie de Marianne et la nouvelle Héloïse, puis observation de ce qui se passe chez Laclos avec la Lettre 22 de Mme deTourvel

1) Caractéristiques de la naissance de l’amour chez Laclos, et particulièrement chez Tourvel.

Chez tous les auteurs, on a en général ce qu’on trouve également dans la vie, c-a-d, l’apparition des signes de l’amour, puis l’aveu à soi-même et / ou à l’autre, puis enfin la plupart du temps, le drame.

(Ev, anecdote L)

Nous trouvons tout cela dans les LD, entre T et Valmont, maisévidemment, il s’agit au premier regard, en tout cas, d’une parodie amoureuse de la part de Valmont, puisque la quête du libertin est une conquête de l’autre, accompagnée d’une main mise sur l’autre et sur la réalité. En début de roman, et bien qu’il s’avoue extrêmement séduit par la beauté et les qualités de Mme de Tourvel, il s’agit bien, pour Valmont, de la la conquérir malgré elle, et donc de la piégerpar des gestes, des actes et un langage fabriqués, et même pré-fabriqués. Cet objectif sert avant tout à imposer sa volonté de puissance, à combler sa propre vanité de libertin (on dirait aujourd’hui satisfaire son narcissisme, combler son ego). Ainsi, on a affaire, chez Laclos, à des libertins dont l’extrême intelligence et les calculs tentent de réduire autrui à un objet, à une chose, à uninstrument. Cette réduction de l’autre à rien (cf. Dom Juan), c’est un des facteurs qui constitue LA PERVERSION. Et la structure perverse, génialement observée et explicitée par Laclos (bien avant Freud !), c’est justement de vivre avec deux réalités incompatibles : mimer les signes de la passion (Valmont pleure, joue le désespoir, met en scène les comédies de la charité, de la conversion…), tout enécrivant secrètement une autre partition en parallèle (les lettres à Merteuil), où il manipule, analyse froidement les situations, élabore ses pièges et les met en scène, prévoit d’avance les combats et la chute de Mme de T. Cette duplicité fondamentale, cette coupure à l’intérieur de soi, cette froideur des sentiments, c’est ce qu’on appelle la perversion… C’est la volonté de puissance se servantde l’autre comme d’un outil en sa faveur, et dans le roman écrasant l’autre même jusqu’à la mort. Alors, Valmont qui à la fois aime et n’aime pas T, jusqu’à quel point, est-il toujours dans la duplicité ? Se fait-il prendre au piège de l’amour vrai ? Jusqu’à quel point a-t-il été vraiment amoureux de Mme de T ? C’est ce qu’il est impossible de dire avec certitude.

Donc, dans l’élaborationromanesque et la naissance de l’amour, c’est bien évidemment Valmont qui va servir « «  de Narrateur, dans le sens où il décodera et analysera froidement les progrès de la passion chez T. C’est bien lui qui nous explique T.qui semble bien souvent être aveuglée par elle-même. Et le lecteur, seul au courant de toutes les lettres s’en rend immédiatement compte. Et il sourit parfois devant la naïveté etla candeur de Mme de T. diaboliquement piégée par V. Mais Mme de T. est-elle vraiment si candide, si transparente, si naïve, dans les signes qu’elle manifeste elle-même de la naissance de la passion ? Jusqu’à quel point est-elle dupe d’elle-même ? Comment se trahit-elle ou ne se trahit-elle pas ?

2) le groupement de textes et les Liaisons dangereuses

Il me semblait intéressant donc decomparer la naissance de l’amour dans 3 grands romans du XVIIè et XVIIIè, pour essayer d’établir des similitudes ou des oppositions éclairantes.

Dans La Princesse de Clèves, l’héroïne, comme Mme de T, est mariée, et va donc vivre une problématique identique… comment s’avouer ou avouer cet amour interdit ? Comment le vivre ?

Dans les deux autres textes, La vie de Marianne (1731-41) et la...
tracking img