La parodie, dans la messe en si mineur

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (559 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mars 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans un assez grand nombre d'œuvres, Bach n'a pas inventé, mais adapté. Certains textes ont été revêtus par lui d'une musique qu'il avait trouvée, auparavant, pour d'autres textes. Il y a ainsi descompositions qu'il a renouvelées, ou même simplement répétées, quand le sujet de la poésie semblait, cependant, très différent du sujet qu'il avait traité d'abord. [...] Or l'examen des œuvres où ilne crée pas, mais où il se redit, témoigne le plus souvent, du discernement avec lequel il a su faire passer sa musique d'un texte à l'autre. On reconnaît bientôt qu'il y a quelque chose de communentre les idées contenues dans les phrases qu'il énonce de la même manière. On y découvre des images parallèles, des correspondances, et comme des affinités de situation. En comparant ces œuvressemblables, on apprend quels furent, dans chacune d'elles, l'intention générale de Bach, et le fond de sa pensée ; on aperçoit ce qu'il ressentit le plus fortement dans certains poèmes, et voulut en dégager,sans s'attarder aux menus détails de la traduction.

Remarquons avant tout que, parmi ces adaptations, quelques-unes sont très naturelles. On ne s'étonnera point que, dans la Messe en si mineur, pourchanter Gratias agimus tibi, propter magnam glorium tuam, Bach emploie un chœur dont le texte allemand avait presque exactement le même sens : Wir danken dir, Gott, wir danken dir, und verkündigendeine Wunder (nous te remercions, Dieu, et nous proclamons tes miracles). Dans la même messe, le chœur Qui tollis peccata mundi, miserere nobis, est un remaniement du premier chœur de la cantate Schauetdoch und sehet, ob irgend ein Schmerz sei, wie meine Schmerz (voyez s'il est une douleur semblable à la mienne). Ici, il n'y a pas plus, comme dans le premier cas, identité presque complète entre lesdeux textes, mais on conviendra qu'ils sont très étroitement associés, l'un étant une déploration, l'autre une supplication, et chacun se reportant à Jésus sacrifié.

"Pleurs, gémissements,...
tracking img