La peine de mort

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2709 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
DISSERTATION 1 : La Peine De Mort

La peine de mort est un sujet très délicat, chacun ayant ses propres avis avec des arguments très différents mais pertinents, certains sont pour, d’autres contre mais chaque avis demande réflexion et nous engage à revisiter notre point de vue. Même si elle a été abolie en Europe, elle reste dans certains états des États-Unis et dans des pays d’Orient,comme en Chine. Robert Badinter, alors gardien des sceaux, annonce l’abolition de la peine de mort en France en 1981 et les sondages de 2006 montrent que seulement 42% des français souhaitent le retour de la peine de mort. Notre travail présenté par ordre croissant d’importance montrera les « avantages et inconvénients » de la peine capitale.

Nous allons débuter par les arguments contre lapeine de mort. Tout d’abord, il faut rappeler la loi doit être écrite pour des cas généraux et non pas individuels ! Même si tel ou tel crime est très douloureux pour des proches, (par exemple un assassinat ou un attentat), il ne doit pas y avoir d’exceptions. Ensuite en matière économique, nous pouvons signaler que si l’on inclut les frais de recours, toute la procédure d’exécution peut coûter dixfois plus cher qu’un simple emprisonnement à vie. Ajoutons à cela un peu de morale. Cela ne se fait pas : la mort de quelqu’un ne doit pas être une réjouissance pour certaines entreprises qui voient leurs chiffres d’affaire augmenter sur le dos des exécutions. Pour continuer, la peine de mort n’est pas un moyen de légitime défense. L’État ne fait que mettre froidement à mort une personne horsd’état de nuire parce que arrêtée. Parlons à présent de la politique : parmi les 43 pays qui ont adhéré au Conseil de l’Europe, 40 ont aboli la peine de mort et 3 pays sont sur la voie de l’abolition. Ce serait une honte pour la France, qui a déjà attendu 1981 et qui est donc un des derniers pays a avoir aboli cette sanction, de revenir là-dessus. De plus, l’Occident est devenu progressivementabolitionniste au XXème siècle, ce serait donc une régression historique, géographique, judiciaire et morale, ce qui ne s’est jamais fait, car l’on avance dans l’histoire, pas question de revenir sur des erreurs passées. Par ailleurs, les couloirs de la mort comme les exécutions ratées où il faut s’y reprendre à plusieurs fois sont signes d’une barbarie innommable ! D’autre part, en matière dephilosophie, la violence n’est pas une solution contre la violence et tuer pour montrer qu’il ne faut pas tuer est totalement absurde. Sans compter que chacun a droit à une deuxième chance, on dit bien que « l’erreur est humaine ». D’ailleurs, entre temps la médecine peut progresser et peut-être soigner voire prévenir les bouffées délirantes meurtrières ou les simples pulsions. De même, on peut traiter desmalades mentaux et les réinsérer dans la société, alors pourquoi les tuer ? La vie est trop précieuse pour être prise alors qu’il reste encore de l’espoir que ça s’arrange et en aucun cas nous ne devons gâcher un espoir ou une vie. De toute manière, le Droit Européen étant supérieur au droit de chaque état, la France, même si elle le voulait, ne pourrait pas revenir à la situation antérieure, doncc’est une impossibilité pure et simple de rétablir la peine capitale. Ensuite, il y a également la force mentale que l’on doit prendre en compte. Quel homme normalement constitué pourrait tuer quelqu’un de sang-froid ? Les seuls bourreaux serraient ces mêmes criminels ? Car il faut prendre en compte le « prix de la vie ». Quelle personne normale pourrait continuer à vivre naturellement avec un telpoids sur la conscience ? Qui pourrait accepter de vivre en se rappelant chaque matin qu’il a tué une ou plusieurs personnes ? Certaines personnes on bien sûr une force mentale très forte mais elles sont rares. Et puis, il ne faut pas oublier les juges, qui doivent se dire « j’ai condamné cet homme à mort, je suis responsable de son trépas, sans moi, il aurait pu continuer à vivre »....
tracking img