La pollution des avions

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1039 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Même les personnes qui « prétendent tenir compte de l’écologie ». Ignorance des conséquences : même les fonctionnaires de l’office fédéral de l’environnement, des forets et du paysage à berne ont parcouru plus de 6000km chacun en 2002 dont 60% en avion !!!
Croissance annuelle moyenne de 5-6%. -> Libéralisation du marché qui induit la plus grande baisse des prix
De 1986 à 1996 baisses de 30% desprix.

Connaissez vous des compagnies aérienne low cost Les compagnies à bas prix?
Aujourd’hui, on prend l’avion même pour aller à des destinations qui sont possibles en train.
L’avion est devenu un moyen de transport habituel et pratique.
Le nombre de voyage en avion double tous les douze quinze ans. Par an : 5-6%
Et de 1996 le prix moyen du billet chute de 30% !
Pas cher et rapideMoins cher car reçoivent des subventions des états et villes et des aéroports.
Pas de taxe sur le kérosène. Pas de TVA sur les billets d’avions internationaux.
Possibilité de billet climat mais encore très peu connu
Impactes énorme sur le développement durable
Problème de l’avion : très polluants, le train consomme 2 à 3 fois moins que l’avion.
Émettent des mio de tonnes de CO2 -> qui estresponsable de l’effet de serre.
Réacteurs : sources d’oxydes d’azote -> qui contribue à former de l’ozone et provoque un effet de serre
La vapeur d’eau : ignore encore son impacte.

Il y a eu une amélioration des moteurs, diminution de la consommation de carburants, et réduit le temps de déplacement.
Le dernier exemple :
Est-ce que vous savez quelque chose sur l’avion A380 ?
que les autresgros avions de ce type.
Il rejète 75g de…

L’article étant de 2004, les évolutions sont énormes en 6 ans. Il n’est plus a jour.

Etes-vous déjà parti en vacances en avion en Europe ?
Prendre l’avion est devenue quelque chose de banal à présent. On peut allé avec easyjet de Genève à Porto pour 45.- par exemple. Les prix sont devenus dérisoires.
Pollution atmosphérique due au trafic aérienest énorme : mais passe inaperçue.
Les gouvernements et autorités locales continuent de favoriser ce mode de transport via d’importantes exceptions fiscales et même parfois à des coup de subventions.
Les touristes n’hésitent pas à prendre l’avion alors qu’il pourrait faire ce trajet en train.
La seule chose qui pourrait restreindre les transports aériens est la nuisance sonore autour desaéroports.

Histoire :
* Industrie centenaire : premier vol motorisé des frères Wright a eu lieu le 17 décembre 1903.
* Et depuis 1970 le nombre de voyage en avion augmente de 5-6% par année.
* Mais la libération du marché de ces dernières années induit la plus grande baisse des prix.
* Avant, le trafic aérien était régulé ; les prix des billets, les lignes aériennes, la fréquence desvols : tout était négocié au sein de l’Agence internationale du transport aérien.
* Avec cette déréglementation la concurrence est arrivée.
* De 1986 à 1996 le prix moyen du billet d’avion chute de 30%.
* C’est les compagnies low cost qui descendent encore plus les prix.
* En 2002, une dizaine de compagnies low cost detiennent 12% du marché intérieur européen.
*
Possibilitéde rentabiliser un aéroport : maximiser le nbre de passager en maintenant les taxes d’atterissage à des tarifs très bas.
Pour miser sur les revenus sur les revenus de l’activité comerciale dites « annexe » : locations de locaux, les « duty free » , la restauration, l’hotelerie etx…
Resultat : les billets d’avion sont très bon marché et le nbre de passager qui fréquentent les aéroports grimpe enflèche.
Exemple : de l’aéroport de Heathrow à Londres qui a des taxes d’atterissage parmi les plus basses d’europe, il retire casiment les trois quarts de ses revenus de ses activités non aéronautique. (donc tout les shops, duty free, etc)
« Les aéroports sont devenus d’énormes centres commerciaux avec quelques pistes d’atterrissage à côté »

Le trafic aérien consiste pour moitié en...
tracking img