La production des grands hommes m.gaodelier

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1588 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Anthropologie économique et politique

Maurice GODELIER – 1982 La production des grands hommes, Fayard, pp.224-226.

Contexte :
Entre les deux guerres mondiales émerge un nouveau domaine de recherche en anthropologie : l’anthropologie économique. Mais le dialogue entre l’anthropologie et l’économie est plus ancien (on pense notamment à Morgan et l’idée de propriété qui est un indicateur dustade d’évolution : inexistant à la période de sauvagerie, elle évolue vers la propriété individuelle au stade de la civilisation).
L’anthropologie économique constitue un champ de l’anthropologie consacré à l’étude de l’activité économique. Tout le problème étant dès lors de définir l’activité économique. Pour se faire les anthropologues vont d’abord s’inspirer des catégories générales del’économie (et donc faire référence aux sciences économiques). Ce qui va soulever la question de l’universalité de ces catégories (construites sur la base d’une analyse de l’économie marchande).
Pendant longtemps, l’analyse de l’activité économique s’est focalisée sur la vie matérielle, ce que Morgan appelait les « arts de la subsistance ». L’idée prévalant étant qu’un groupe aux faibles moyens techniquess’inscrit dans une économie de subsistance, où l’absence de surplus entraîne une absence d’échange (donc une absence de toute forme de monnaie ou de capital, c’est pour cela que certains ont parlé d’« économie primitive » ou de « communisme primitif »).
Les travaux de Boas (le Potlatch) et de Malinowski (la Kula) vont déconstruire cette idée en montrant que ces sociétés consacrent une partimportante de leurs ressources à la production de biens de prestige destinés à l’échange, ou détruits (il y a donc bien un surplus). L’économie dite primitive n’est pas une économie de pénurie.
De là émerge une nouvelle conception de l’activité économique : celle-ci déborde largement la vie matérielle. Dans ces sociétés, beaucoup de comportements économiques ne relèvent d’aucune stratégie rationnelleétablie selon une logique d’économie marchande (cf. texte de Malinowski). Les comportements peuvent avoir une finalité d’ordre politique. Par exemple, le Potlatch apparaît comme irrationnel si on l’envisage uniquement sous un angle économique (entendu dans son sens restreint), mais si on considère que la finalité est d’ordre politique, alors on trouve une logique. La notion de rationalitééconomique (notion économiste) n’a de sens que pour une économie de marché. Les comportements a priori économiquement irrationnels sont justifiables du point de vue « d’une rationalité plus large, sociale et globale » (Godelier).
Il ne faut donc pas isoler le domaine économique du politique, du social. Ce qui fait dire à Godelier que « l’économique peut être défini […] comme la production, la répartitionet la consommation des biens et des services. Il constitue à la fois un domaine d’activités particulières […] et un aspect particulier de toutes les activités humaines qui n’appartiennent pas en propre à ce domaine, mais dont le fonctionnement entraîne l’échange et l’usage des moyens matériels ». Les rapports économiques sont avant tout des rapports sociaux.
En France, un courant de pensée vacontester la notion d’anthropologie économique : le courant de pensée marxiste (début des années 60, en même temps que Balandier). La perspective adoptée consiste à mettre en évidence la dynamique des relations économiques et sociales à l’intérieur de sociétés particulières ainsi que les différents modes de production en prenant en compte le contexte colonial. Ce courant est « néo-marxiste », parcequ’il va chercher à adapter les théories fondamentales du marxisme aux changements économiques et sociaux récents (décolonisation). Les anthropologues marxistes vont réactualiser le concept de modes de production : l’ensemble des forces productives et des rapports de production, ainsi que des relations établies entre les différentes catégories sociales en fonction de leur accès ou non aux...
tracking img