La rencontre de mlle de chartres et de m. de clèves

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1448 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Préparation à l’écrit du Bac: Commentaire Littéraire

La rencontre de Mlle de Chartres et de M. de Clèves chez le bijoutier, de « le lendemain qu’elle fut arrivée … » à « … Madame, sœur du roi. »

Après 1670, le genre romanesque français connaît une profonde mutation: les pastorales ont fait leur temps et le roman bourgeois est resté marginal. La noblesse, réduite à l’inaction par l’autoritéabsolue de Louis XIV, garde la nostalgie de l’héroïsme courtois. Madame de Lafayette est née Marie-Magdeleine Pioche de La Vergne en 1634 à Paris. En 1678, son chef-d’œuvre, La Princesse de Clèves, est publié anonymement suscitant d’emblée une admiration et à la fois une « querelle ». Elle lui sera attribuée après sa mort, en 1693. Cet ouvrage est un roman précieux, un roman à décor historique etsurtout le premier grand roman d’analyse, à l’origine d’une grande lignée. Le grand mérite de l’auteur est d’avoir su concilier dans cette œuvre la subtilité romanesque de l’esprit précieux et la vérité sobre et éternelle du classicisme. Cet extrait romanesque peint la rencontre de M. de Clèves et de Mlle de Chartres. Nous étudierons d’abord le coup de foudre de M. de Clèves, puis cette extraitcomme annonciateur de leur future relation et enfin le cadre qui rappelle la Cour et ses coutumes.

En premier lieu, cette scène est dans la continuité du roman précieux car le prince de Clèves s’éprend de Mlle de Chartres dès leur première rencontre dans cette bijouterie et l’on peut dire que c’est un véritable coup de foudre. Au début, il est tellement frappé par sa beauté qu’il ne parvientpas à cacher sa surprise. Mlle de Chartres s’en aperçoit et « ne put s’empêcher de rougir en voyant l’étonnement qu’elle lui avait donné. Elle se remit néanmoins […] » M. de Clèves la regarde ensuite avec « admiration » et analyse « son air » et « sa suite ». Il en conclut qu’il s’agit d’une femme d’une « grande qualité ». Par la suite, il continue d’analyser ses faits et gestes et se rend compteque ses regards la mettent mal à l’aise. M. de Clèves porte donc tout au long de cet extrait, une très grande attention à Mlle de Chartres, car il essaie de faire la lumière sur ses sentiments, à travers ses actes. Il admire à la fois sa beauté et sa vertu et nous le constatons grâce au point de vue qu’utilise Mme de Lafayette dans l’extrait. C’est en effet celui de M. de Clèves: « il ne pouvaitcomprendre; il ne connaissait point; lui faisait croire; il ne savait que penser; il l’a regardait toujours; il s’aperçut; il lui parut; il se consola; il demeura si touché; il conçut pour elle ». Cet effet de centralisation sur ce personnage fait apparaître au grand jour du spectateur ses sentiments, et les renforcent d’autant plus qu’il est celui qui permet de les connaître.
Par ailleurs, lecoup de foudre de M. de Clèves se caractérise par les qualités particulières qu’il trouve à Mlle de Chartres, qui ne ressemble pas aux autres jeunes filles de la Cour. Elle parait vertueuse et empreinte d’une certaine pudeur car les regards de M. de Clèves l’embarrassent. Elle est « contre l’ordinaire des jeunes personnes qui voient toujours avec plaisir l’effet de leur beauté » et M. de Clèves, parson attention appuyée, la gène tant qu’elle est obligée de de quitter précipitamment la bijouterie. M. de Clèves est tellement séduit par cette jeune fille qu’il est désolé de ne plus pouvoir la voir. Il se met en quête de son identité mais personne ne peut le renseigner: « il fut bien surpris quand il sut qu’on ne la connaissait point ». La fin de cet extrait expose clairement les qualitésmajeures qu’il admire chez elle: «  Il demeura si touché de sa beauté et de l’air modeste qu’il avait remarqué dans ses actions qu’on peut dire qu’il conçut pour elle dès ce moment une passion et une estime extraordinaire. » Ces aspects nous montrent que la rencontre des ces deux jeunes personnes se traduit par un immense coup de foudre pour M. de Clèves.

En deuxième lieu, cette extrait de la...
tracking img