La technique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1176 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 février 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
DISSERTATION DE PHILOSOPHIE

Sujet : Notre rapport au monde est-il essentiellement technique ?

Le portable, la cocote minute, le GPS, le train... La technique est par définition un ensemble de procédés mis en œuvre dans un métier ou dans la vie, elle a pour synonyme « savoir-faire », le monde quant à lui a une explication concrète et assez simple : ensemble des réalités matérielles quiconstituent l'univers. Associer le monde et la technique nous amène à nous questionner sur la condition de l'homme qui est l'habitant de l'un et qui a fait paraître l'autre. Notre rapport au monde est-il essentiellement technique ? La technique voudrait dire que l'homme s'intéresse plus au monde et à la nature pour mieux l'exploiter, mais cela serait une preuve de méconnaissance , c'est pour cela quenotre rapport au monde et à la nature n'est pas essentiellement technique. En plus de cela nous pouvons sûrement affirmer que la technique à bel et bien changé notre rapport a la nature. C'est ainsi que nous sommes amenés à affirmer que notre rapport au monde est essentiellement technique dans une première partie, à contester ces dires dans un second point et à faire un rappel du rapport essentielqui existe entre un individu et le monde, pour terminer le développement. C'est avec ces trois axes que nous allons procéder à notre réflexion.

Selon Bergson l'homme est un fabricateur d'outils, de par ce ait, il est désigné comme Homo Faber et serait apparu après l'Homo Erectus. Cette Homo Faber que nous sommes à développé la technique très simplement, il a appris à maitriser les choses ainsiqu'à les utiliser à ses propres fins, il a aussi cherché à se rendre « maître et possesseur de la nature » selon la formule de Descartes.
C'est ainsi qu'en créant cet environnement technisé l'homme en est devenu dépendant et pense ne plus pouvoir passer sa vie sans. Il est vrai qu'à présent que nous avons le train et le téléphone portable, qui voudrait rendre à son créateur ces inventions ? Grâceau train, à la voiture, à l'avion et a tous les transports urbains tels que le métro ou le tramway, l'homme accentue sa liberté de se déplacer, de communiquer -avec les téléphones- et d'accéder à diverses informations -télévision, internet, radio- pour en savoir plus sur le monde.
Car c'est avec tout cet environnement technique et les multiples pouvoirs d'un être raisonnable et sensible que lemonde avance à l'heure actuelle, malgré le fait que cette fameuse technique aie tout pour être critiquée, il n'en reste pas moins qu'elle est utile à la nature qui évolue de jours en jours grâce à la mécanisation de tout. Mais même cette mécanisation peut être remise en question car elle a un grave impact sur les emplois d'aujourd'hui. Tout comme la technique, la mécanisation provoque unedéséquilibre conséquent -pollution, armes nucléaires, chômage-. Nous sommes redevables aux anciens qui ont créé cette technique mais à notre heure il nous est totalement impossible de ne pas formuler une critique. L'avenir est en jeux à présent... Cette critique de la technique peut simplement nous amener à penser qu'elle n'est pas si indispensable au monde.

La conscience humaine instaure avant tout unrapport au monde, et non pas la technique. La conscience rappelons le, est le fait d'être en relation avec, et savoir ce qui se passe en soi et autour de soi. C'est grâce à cette conscience que l'être humain est au courant des mouvements autour de lui, et ça, ça ne sera jamais la technique qui le dira.
Car d'ailleurs l'environnement technique n'ajoute rien à l'humanité de l'homme étant donnéqu'elle ne modifie en aucun cas son aspect moral, cette charge reviens à la culture, l'art ou encore à la politique. L'homme ne se laissera pas influencer par les machines et ses inventions qui peuvent parfois être saugrenues car ce n'est pas dans son essence. L'homme s'imprègne de choses qui lui sont enseignées et non qu'une est capable de faire à sa place.
De plus la technique, ou les...