La traite des noirs

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2026 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

La traite des Noirs remonte à la nuit des temps pharaoniques, mais celle dont je vais vous parler est d'une autre nature.

Celle dont nous parlerons est le trafic des esclaves de la côte de l'Afrique expédiés vers les colonies d'Amérique essentiellement et, pratiquée par les Européens du XVIème au XIXème siècle. Elle a pour but d'amasser de l'argent grâce au travail desesclaves, de construire de belles colonies avec la sueur et le sang des captifs.

Le début de la traite négrière atlantique organisée par l'Europe date de 1441, lorsque des navigateurs portugais ramènent les premiers esclaves nègres au Portugal. La traite a été abolie au XIXème siècle, petit à petit, par tous les pays d'Europe et d'Amérique mais l'utilisation d'esclaves perdura dans le Monde, d'abordlégalement puis clandestinement jusqu'à aujourd'hui.

Pour ce travail, je me suis intéressée plus particulièrement aux pratiques esclavagistes du XVIIIème siècle. En effet, la traite et l'esclavage paraissent particulièrement choquants lorsqu'ils se situent à une époque d'émancipation comme le Siècle des Lumières.

Comment était organisée la traite ?

La traite des Noirs se faisait au moyend'un commerce triangulaire européen dont le point de départ était un grand port de l'Atlantique de la mer du Nord (Europe->Afrique ; Afrique->Amérique ; Amérique->Europe). Les navires servant à la traite étaient en réalité des bâtiments polyvalents, solides et rapides appelés " navires négriers " . Dans le port d'embarquement, le navire négrier chargeait les marchandises qui avaient la faveur desintermédiaires africains ; Ces marchandises étaient ensuite débarquées dans l'un des ports d'Afrique où elles étaient marchandées, échangées contre des esclaves ou vendues aux intermédiaires africains.
Une fois l'Afrique atteinte, la traite pouvait commencer. Le négrier pouvait pratiquer la traite volante, c'est- à- dire aller de baie en baie pour accueillir plusieurs esclaves. Cependant, cettetechnique prenait beaucoup de temps et comportait de nombreux risques (attaques d'indigènes ) La traite organisée s'imposa donc. Deux formules étaient possibles : dans le premier cas, les Européens établissaient sur la côte, un préside avec quelques commis et quelques soldats chargés du rassemblement des esclaves. La seconde formule était un marché fixé par un contrat. A son arrivée, le capitaines'assurait le concours d'un interprète qui rendait visite au souverain, lui offrait des cadeaux, discutait des tarifs. La vente était alors déclarée ouverte et les barèmes fixés; chaque qualité de noir était votée avec soin : par exemple, la meilleure marchandise était " la pièce d'Inde ", adulte mâle, jeune et robuste. Afin d'éviter les fraudes, les esclaves amenés de force dans les ports étaientexaminés par un chirurgien de bord. Celui-ci vérifiait les yeux, la bouche et les parties sexuelles. Les malades et les vieux étaient éliminés. Notons que ces esclaves venaient de toute l'Afrique et étaient réduits en servitude pour des causes diverses : les prisonniers de guerres tribales, des débiteurs qui ne pouvaient rembourser leurs dettes et qui étaient réduits à l'esclavage, des criminelsainsi que des enfants vendus par leurs parents afin de se procurer des vivres .
Venaient ensuite le marquage au fer rouge et l'embarquement des captifs sur des canots jusqu'aux navires. Ceux-ci étaient transformés à cet effet : l'entrepont était aménagé en parc à " nègres ". Commençait alors la seconde étape du voyage triangulaire appelé le " Middle Passage ". Durant ce voyage, les nourrissons, peuimporte leur âge, étaient séparés de leur mère. Les hommes, séparés des femmes, étaient enchaînés deux par deux et alignés, couchés sur un espace de cinquante centimètres de large. L'entassement déjà insupportable se transformait en une promiscuité humide et nauséeuse quand le mal de mer et le mauvais temps s'en mêlaient : l'eau s'engouffrait dans l'entrepont, les vomissures, les déjections qui...
tracking img