Lamartine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1728 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Elaboré par :Amina Dellagi

La littérature courtoise

courtois :adjectif (ancien français court, cour princière)
 Qui parle, agit avec une politesse raffinée, avec un grand désir de ne pas déplaire à autrui ; affable.
 Qui témoigne d'une politesse raffinée ; aimable, gracieux : Un accueil courtois.
 Amour courtois, dans la littérature médiévale, représentation très codée de l'amourmettant l'accent sur le lien de vassalité qui lie le chevalier à la dame qu'il sert.
 Armes courtoises, armes de tournois, à la pointe et au tranchant émoussés.
 Littérature courtoise, littérature de la période médiévale qui se caractérise par la valorisation de la vaillance chevaleresque, du beau parler et de l'amour pour la dame élue.
Littérature :
Étymologiquement, le terme « courtois »fait référence à la cour (de l'ancien français cort). En vieux français, le mot corteis prend le sens d'« honnête », « loyal ». Par ailleurs, ce qui est courtois s'oppose à ce qui est « vilain », c'est-à-dire le monde rude et grossier du paysan. Enfin, la notion de courtoisie renvoie à un ensemble de valeurs, de règles de savoir-vivre et surtout à une conception bien particulière de l'amour, car nulne peut être parfaitement courtois sans aimer.
L'amour courtois :
L'amour courtois est une conception de l'amour d'un homme pour une femme qui est née au XIIe s., dans le midi de la France, avec les troubadours occitans, et qui s'est éteinte dans la seconde moitié du XIIIe s. Elle s'est développée ensuite dans le Nord, avec les trouvères, ainsi que dans d'autres pays d'Europe, notammentgermaniques, avec les minnesänger.
Amour courtois et fin'amor :
Plus que le reflet fidèle d'une société qui, malgré l'affinement progressif de la vie de cour, reste assez fruste, la courtoisie représente son modèle idéal : profond sens de l'honneur, importance de la parole et du serment, noblesse des sentiments, conduite généreuse, politesse dans le langage et les manières, et surtout primauté del'amour. En effet, « la courtoisie est une conception à la fois de la vie et de l'amour » (Michel Zink), et si l'amour courtois doit être distingué de la courtoisie au sens large du terme, il en constitue une dimension tellement importante que les termes d'amour courtois et de courtoisie ont souvent été employés indifféremment.
La fin'amor (« amour parfait ») désigne plus précisément une religion del'amour. C'est moins une étiquette ou un ensemble de règles, comme on pourrait le croire en lisant les 31 articles formulés par André Le Chapelain dans son opuscule Tractatus de Amore (Traité de l'Amour, 1184), qu'une idéologie mystique qui place l'amour au sommet de toutes les lois sociales et religieuses.
Une conception de l'amour issue du modèle féodal : la dame suzeraine
L'amour courtoisn'est ni libertinage, ni passion brutale, il est presque une ascèse pour le chevalier, qui doit, pour mériter la femme qu'il aime, se soumettre entièrement à elle. La dame est suzeraine, le chevalier est son vassal. Afin que l'amant ne puisse pas user de son pouvoir pour soumettre sa belle, celle-ci est souvent d'un rang social supérieur à celui du chevalier.
La relation amoureuse est régie par unvéritable code du « savoir aimer ». La dame est hautaine, méprisante et semble inaccessible. Le chevalier se doit de la vénérer, de s'humilier pour elle (tel le Lancelot de Chrétien de Troyes, qui, pour délivrer Guenièvre, doit monter sur l'infamante charrette des condamnés) ; il doit tout accepter, même le déshonneur, dans une discrétion totale, pour espérer obtenir enfin que la dame accepte seshommages.
Cette conception de l'amour transpose, dans le domaine des rapports d'homme à femme, les idées desoumission, de mérite et de générosité sur lesquelles repose l'exercice de la chevalerie.
La confusion de l'amour et du désir :
L'amour courtois repose essentiellement sur la notion de désir qui, ici, se confond entièrement avec l'amour. Et, puisque le désir disparaît quand il est assouvi,...
tracking img