Langue et communication

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2433 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Rappel de notions de Seconde

1) La notion de signe

Signe = Signifié+ Signifiant où :

• Le signifiant est la combinaison de lettre ou de son

Exemple : Les jeux sur le signifiant
 
• Allitération : Répétition de consonne
• Assonance : Répétition de voyelle

Les jeux sur les sonorités

• Paronomase : eg ( « Je m’ [aime] érveille. »• Et le signifié le sens du mot.

On peut noter deux sens :

• Le sens dénoté (ou propre)
• Le sens connoté (ou figuré)

La connotation introduisant une polysémie, et étant la base de tout raisonnement par analogie, elle résume l’essentiel de la pensée humaine. C’est cette polysémie qui est à l’origine de courants littéraires tels que le Symbolisme.

2)La communication du langage

A) Les éléments de la communication

L’émetteur/ destinateur/ locuteur délivre un message à un récepteur/ destinataire/ interlocuteur. Le message porte sur le référent, utilise un code, et est véhiculé par un canal.

B) Les fonctions du langage

Selon que l’accent soi mis sur l’un ou l’autre des éléments de la communication, on peut définir la fonctionréférentielle. Les types de fonctions sont :

• Référentielle
• Impressive
• Expressive
• Argumentative

3) La situation d’énonciation

L’énonciation est l’acte de production d’un énoncé. Toute énonciation met en relation un émetteur et un récepteur dans un temps et un espace donné. Il faut toujours définir la situation d’énonciation à l’aide des questions : qui ? àqui ? quand ? où ? comment ? pourquoi ?

Un acte d’énonciation ne se limite pas à un simple échange d’information, il instaure une relation entre l’émetteur et le récepteur. L’émetteur laisse passer des indices et des marques d’affection.

On appelle indice (ou marques de l’énonciation), des mots permettant de caractériser un discours.

A) Les déictiques

Ce sont des mots qui ne prennentleur sens que dans un contexte défini.

Cette catégorie comprend :

• Les pronoms personnels (dont possessifs) :

➢ Mon, ton, son
➢ Le « on » signifiant « nous »
➢ Le pronom de l’absence (troisième personne)
➢ Les pronoms de la présence (1ère et 2nde personnes)

• Les indices spatio-temporels

➢ Adverbe (eg : « Hier »)
➢Compléments circonstanciels de temps et de lieu
➢ Démonstratifs (eg : « cet arbre »)
➢ Adjectifs (eg : « proche »)
➢ Les temps

[pic]

B) Les modalisateurs

Ce sont des mots porteurs du jugement et des sentiments du locuteur.
Ce peuvent être :

➢ Des noms (Vocabulaire mélioratif, péjoratif)
➢ Adjectifs (eg : « Beau », « laid »)
➢ Verbes (eg « aimer »,« haïr », mais aussi « douter », « croire »)
➢ Adverbes (eg : « heureusement, trop »)
➢ Interjections (eg : « Hélas »)
➢ Utilisations de temps tels que le conditionnel (eg : « Untel serait mort »)
➢ Procédés typographiques : Guillemets (eg : «Les « nécessaires » préventions. » Introduit de l’ironie), et points de suspension.

NB1 : Travailler sur les modalisateurs revient à travaillersur un vocabulaire péjoratif, mélioratif, laudatif, dépressif…

NB2 : Les procédés de style ne sont pas des modalisateurs mais font modalisation.

4) Le discours et le récit

On distingue deux grands systèmes d’organisation des textes :

• Le discours. (A noter qu’ils peuvent être encrés dans la situation d’énonciation, tels que les dialogues.)

• Le récit. Certains textessont coupés de toutes situation d’énonciation (eg : romans, nouvelles, fables). Le récit est l’expression de l’objectivité la plus profonde : on parle à la 3ème personne, les indices sont toujours compréhensibles, et il ne transparaît aucune émotion de l’écrit. On note aussi un présent soit de vérité générale, de narration, et le passé simple.

NB : Le mélange des deux systèmes

• Le...
tracking img