Las ou est maintenant

1 .Inspiration et liberté
A .Personnification et amplification
De même la divinité du hasard, la Fortune est aussi personnifiée et se rattache à l’antiquité.
Le poète amplifie l’inspirationen le désignant comme « divine ardeur » : encore une référence a une divinité + le terme ardeur avec un sens très fort, cette idée est reprise par cette « honnête flamme… »= métaphore de l’inspirationau caractère aléatoire, elle peut s’éteindre.
V.2 : « ce cœur vainqueur de toute adversité » : amplification des ressources du poète capable de surmonter toutes les difficultés dans l’écriture.Les sonorités : (k) ;(t) ;(d) dans le v.2 soulignent la difficulté de l’écriture et complète e sens du vers.
Les sonorités occlusives (d) et (t) dans l’expression « Cette divine ardeur » renvoient àla nostalgie de l’inspiration perdue.
B .Le bonheur de l’écriture
Une succession de noms aux quels le poète associe un adjectif qualificatif « doux plaisirs / nuit brune/ vert tapis /rivageécarté » renvoie a l’image d’un espace paradisiaque qui peut être compris comme la métaphore du lieu et du temps de l’inspiration : donne donc une idée de plénitude.
Cette idée de lieu appartenant àl’écriture poétique est reprise par le pronom relatif « ou » qui est repris 3fois dans le sonnet. « Sous la nuit brune » et « aux rayons de la lune » renvoient au moment propice à l’écriture : toposlittéraire du poète écrivant la nuit. « Aux rayons de la lune » est la métaphore de la chandelle qui éclair le poète : « la nuit brune » correspond au moment ou elle est illuminée par la lune.
Solitude dupoète : dans la nuit/ sur un rivage écarté : reprend l’idée exprimée dans le vers 4 « Cette honnête flamme (au peuple non commun).
Le poète se distingue des autres par sa capacité à s’exprimer dansune langue harmonieuse : renvoie aussi à l’individualisme propre à l’humanisme du 16ém siècle.
Le second quatrain comporte des césures à l’hémistiche donnant un rythme régulier à chaque...
tracking img