Le bonheur

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (295 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Voici un exemple d'introduction rédigée, à propos de la question " Y a-t-il de bons préjugés?". Or si un exemple peut inspirer, il ne peut en aucun cas servir de modèlepasse-partout. A vous donc de construire une introduction en fonction de la question qui vous est posée....:

Exemple d’introduction rédigée : « Y a-t-il de bons préjugés ?»
(point de départ : trouver l’affirmation implicite) On considère généralement que nos croyances doivent être vérifiées, qu’un jugement non examiné ne saurait avoird’intérêt ni d’avantages. En effet, être un homme de préjugés n’est normalement pas considéré comme une qualité, le préjugé est normalement tenu pour une marque de faiblesse moralequi consiste à se laisser aller aux apparences ou aux idées toutes faites ou une marque de faiblesse intellectuelle qui consiste à ne pas faire oeuvre de jugement puisqueavoir des préjugés c’est accepter des opinions sans les examiner, par ignorance et par paresse. (opposition) Pourtant il faut remarquer immédiatement que nul n’échappe auxpréjugés et on voit difficilement comment dans l’enfance ou même dans l’âge adulte on pourrait faire pour éviter d’accepter des croyances sans prendre la peine de les vérifiersoi-même. Ainsi la majeure partie du temps nous agissons à l’aide de nos croyances ou de nos habitudes.
(problème et enjeux) Si certains préjugés sont inévitables et mêmevitaux, sont-ils bons pour autant ou tout préjugé en tant que tel est-il à rejeter? Comment vivre sans préjugé alors? La question se pose donc de savoir comment reconnaître lespréjugés utiles et les distinguer des préjugés néfastes. Il s’agit alors d’élaborer un code de conduite face au préjugé en reconnaissant ses avantages et ses limites.
tracking img