Le courage

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1334 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Revue philosophique sur le thème du courage: partie individuelle

De nos jours, lorsqu’on rapporte les récits d’exploits guerriers, les citoyens acclament les militants comme des exemples pour la société. On considère leur courage comme une vertu, une qualité morale consistant à rechercher le bien et éviter le mal. Le courage militaire est une force d’esprit associée à l’ensemble de nos soldatscanadiens. On peut tout d'abord définir ce courage comme une fermeté, une force d’esprit face à la souffrance ou aux échecs, ou encore l'ardeur mise à entreprendre une tâche. C’est la capacité de dominer tout ce qui menace l'acquisition du souverain bien. Le courage militaire consiste à mépriser les choses extérieures, à remplir sa fonction de citoyen en servant son pays. C’est grâce au courageque les soldats ont la volonté de surmonter leur peur, et ainsi accomplir ce qui est juste et bon, peu importe les difficultés encourues. Certains croient que le courage militaire des soldats serait guidé par une vertu morale. La peur pouvant être ressentie par le soldat lors de l’affrontement est informée par le jugement, elle est alors structurée par une compréhension rationnelle du bien. Parailleurs, d’autres personnes soutiennent que le courage militaire se développe à travers plusieurs expériences avec la réalité. Le courage dépend de l’éducation de chaque personne, elle implique un dépassement de soi se qualifiant en terme d’affrontements ,c’est-à-dire le fait de supporter la peur éprouvée face au danger. Les soldats sont prédisposés à acquérir cette vertu, à condition de laperfectionner par l’habitude. Le courage militaire serait-il une maîtrise de soi ou une vertu qui guide nos actions? La vertu serait-elle alors une manifestation spontanée de l'inclinaison au bien qui réside en chaque homme, indépendamment de tout enseignement ? Le courage militaire est selon moi une vertu propre à chacun puisque comment pourrions nous alors expliquer le fait qu’un soldat serait pluscourageux qu’un autre. Chaque personne n’est pas nécessairement vouée à faire de grandes choses.
Tout d’abord, le courage militaire est une vertu qui peut être qualifiée d’une science faisant appel à la connaissance et à la raison. Le savoir permettrait de guider la bonne action du soldat. Le fondement de la moralité de l’acte et de l’exercice de la sagesse contribue à une délibération éclairée .Lemilitaire courageux sera l’homme prudent qui sait discerner ce qui est réalisable et ce qui ne l’est pas. Utilisé avec ignorance le courage deviendrait alors témérité , un excès de confiance et un manque de peur. Si tel est le cas cette vertu pourrait être acquise. Ce n’est pas commun à tous les citoyens le désir de servir son pays en étant exposé à un tel danger. Ce courage militaire nécessite undépassement de soi par rapport à sa peur face à l’ennemi. Pour oser se livrer à ce genre d’acte, le militaire doit d’abord être convaincu de la valeur de ce pour laquelle il accepte d’assumer ce risque. C’est ce sentiment de valeur qui donne un sens au courage pouvant inciter les soldats à être courageux. Il n’est pas question d’un dépassement de soi puisque l’action ne consiste pas seulement àsurmonter sa peur mais bien de sortir de son ego. N’est-ce pas par ailleurs lorsqu’on agit pour quelque chose qui nous tient à coeur ou quelqu’un d’autre que soi-même que l’on peut être véritablement courageux ? Une personne n’ayant pas naturellement cette vertu n’aura pas la force d’esprit de risquer la mort en allant à la guerre, elle ne sera pas capable de maîtriser sa peur. En effet, Aristoteaffirme que l’homme courageux est celui qui demeure sans crainte en présence d’une noble mort, ou de quelque péril imminent pouvant entraîner la mort . Par ailleurs, si la vertu pourrait être enseignée , il est alors redoutable de croire qu’un soldat courageux voudrait transmettre sont courage à son fils afin qu’il désire aller à la guerre. Or, Socrate objecte que les grands hommes tenus pour les...
tracking img