Le denie de grossesse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2882 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Etonnant qu’Acturevue s’intéresse à ce phénomène. Mais nous avons voulu aller plus loin et comprendre ce qui pousse une femme concsiemment ou inconciemment à nier sa progéniture.
C’est à l’occasion de l’affaire dite des « bébés congelés » que l’on découvre récemment le « déni de grossesse ». Le plus étonnant, c’est que la seule force du psychisme puisse faire nier au corps d’une femme la plusincontournable des réalités : une grossesse.
Sous ce même terme de « déni de grossesse » , on regroupe un ensemble de symptômes présentés par des femmes d’âge et de conditions très variés qui ont toutes en commun de ne pas être conscientes d’être enceintes, parfois jusqu’à la naissance de leur enfant.
Le déni est contagieux et touche également l’entourage (amis, famille, conjoint, médecin defamille …) Loin d’être un fait divers isolé, il concerne, selon les études, une à trois naissances pour mille, ce qui représenterait de 800 à 2400 cas de déni par an en France.
Pourtant, le déni de grossesse reste largement inexpliqué à ce jour. Car si les symptômes sont identiques, les raisons qui l’expliquent sont, elles, très diverses et souvent singulières tant les causes du déni s’ancrentdans l’histoire, le vécu de chaque femme. A la naissance de l’enfant, les réactions des mères sont très différentes. Certaines femmes ne prennent conscience de leur état qu’au cours de l’accouchement : il leur est alors très difficile de faire face en même temps à l’accouchement et à la levée du déni. Si elles sont seules à cet instant, le pronostic vital de l’enfant est souvent engagé. Mais prèsde la moitié des mères accueilleraient favorablement cet enfant « surprise ».
Que deviennent-ils ces « enfants du déni » ? Comment se crée un attachement qui a commencé dans le déni ?
Nous savons bien peu de choses car aucun suivi médico-social n’est généralement proposé à ces mères, lorsqu’elles ne le refusent pas. Le manque de moyens explique certainement cette absence de suivi.
Il estaussi possible que lorsque ces mères montrent, après la naissance, ce qu’on appelait une « préoccupation natale primaire », cela soulage autant les soignants que le déni a pu les interpeller. Ils sont peut-être alors rassurés à tort, souvent d’ailleurs par la mère et sa famille : cette maternité rentre enfin dans la »normalité » et ces femmes sortent de la maternité sans aucun suivi médico-social avecun bébé dont elles ignoraient/niaient pourtant l’existence il y a quelques jours ou quelques mois.
Quelles sont les répercussions d’un déni de grossesse total ou partiel, sur la relation d’attachement mère-enfant au terme des deux premières années de vie de l’enfant ?
Habituellement
La maternité se construit et s’inscrit dans le vécu de chaque femme : le processus qui fait qu’une femmedevient mère, la « maternogenèse », remonte à l’enfance de la future mère. La grossesse s’accompagne de profonds remaniements intérieurs, des remaniements qui permettraient à la femme de se préparer à son rôle de mère en la sensibilisant aux besoins de l’enfant. Ainsi on note :
La présence du fœtus
Au second trimestre, la femme prend pleinement conscience de son état gravide qu’elle accepte, dansl’immense majorité des cas. L’échographie fœtale visualise le fœtus, les mouvements fœtaux confirment son existence. Elle a donc un retentissement sur le plan affectif, et peut précipiter la prise de conscience de la mère pour la réalité de sa grossesse.
Les mouvements fœtaux
Ce sont les témoins de l’existence physique de l’enfant in utero. Ils continuent, plus encore que l’échographie, à la prisede conscience maternelle de la grossesse.
Les modifications corporelles
L’abdomen, les seins augmentent de volume, et confirment la présence de l’enfant in utero, non seulement pour la mère, mais aussi pour l’entourage.
- Les préoccupations anxieuses
L’anxiété est un phénomène pratiquement constant dans l’état de grossesse. Présente dès le diagnostic de la grossesse, elle diminue entre le...
tracking img