Le dictateur de chaplin

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (396 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le dictateur de charlie chaplin

Le Dictateur de Chaplin est pour une part un film de fiction - avec des personnages évidemment inventés comme le barbier juif interprété par Chaplin lui-même ou safiancée Hannah - mais cette fiction se réfère également de façon très claire à des faits réels, à l'actualité la plus récente des années 30 et 40, moment où le film est conçu et réalisé: Hynkel estbien sûr une caricature de Hitler, et la Tomania évoque de façon à peine voilée l'Allemagne nazie.
Les faits historiques:
Dans le texte de présentation du film, l'on a déjà relevé plusieurs faitshistoriques importants qui ont motivé la décision de Chaplin de réaliser Le Dictateur. Ainsi, les lois raciales de Nuremberg et les pogromes comme ceux de «la nuit de Cristal» sont clairement évoqués dansle film; les incertitudes des Juifs allemands hésitant entre l'exil et le risque de voir leur situation empirer encore sous le régime nazi (ce qui allait malheureusement être le cas) sont égalementbien décrites à travers notamment le personnage d'Hannah qui croit à un moment à une accalmie dans les persécutions raciales avant finalement de se résoudre à fuir en Osterlich que Hynkel va cependantbientôt envahir. Cette Osterlich de fiction est bien sûr le masque de l'Autriche réelle (Österreich en allemand) qui fut annexée par l'Allemagne nazie en mars 1938
Hynkel/Hitler
Hynkel estévidemment une caricature de Hitler: on reconnaît notamment sa moustache, ses uniformes ou encore sa manière de parler lors de meetings ou à la radio. Chaplin montre bien d'ailleurs tous les instruments dontHitler s'est servi pour constituer son personnage et imposer sa propagande aux Allemands: avec ses uniformes, Hitler aimait ainsi se montrer en militaire, en chef de guerre prêt au combat, paropposition aux autres hommes politiques en civil désignés alors comme des lâches; par ailleurs, en public, il ne discutait pas, il ne parlait pas mais il criait, il hurlait sa haine des démocraties et des...
tracking img