Le fils du pauvre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (524 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]

[pic]

Titre : Le fils du pauvre
Auteur : Mouloud Feraoun
Edition : Seuil
Date d’édition : 1950
Collection : Points
Genre : Roman autobiographique

[pic]
Mouloud Feraoun est unécrivain kabyle algérien d'expression française né le 8 mars 1913 à Tizi Hibel en haute Kabylie (Algérie) et victime à Alger le 15 mars 1962, avec cinq de ses collègues inspecteurs de l'EducationNationale, de l'assassinat de Château-Royal.
Le fils du pauvre, 1950
La terre et le sang, 1953
Jours de Kabylie, 1954
Les chemins qui montent, 1957
Les poèmes de Si Mohand, 1960
[pic]
1) FouroulouMenrad
(anagramme de Mouloud Feraoun) se présente comme un enfant « doux et aimable » (p 21), plutôt « chétif » (p 22), le premier-né mâle
d’une famille qui ne comporte que des filles. A ce titre,il est choyé de tous
Il est destiné à devenir un homme grâce à une éducation virile
Conséquence de cette situation, le jeune Fouroulou se transforme en tyran à l’age de 5ans
[pic]
L’époque : Leroman se déroule de façon tout à fait linéaire : nous suivons la formation de Fouroulou de sa naissance à la veille de l’entrée à l école normale.
Les lieux : Kabylie

[pic]
De dimensionautobiographique, ce livre peint l'enfance et l'adolescence de l'auteur dans un village de cette Kabylie montagneuse où il fut tour à tour berger, élève studieux, puis instituteur. Ce n'est pas une histoirequelconque quoi qu'elle retrace une vie très simple de par les gens qui en sont les acteurs.

De parents pauvres, Fouroulou Menrad était tout destiné à être berger mais mu par une forte ambition et desrêves omniprésents, cet homme enfant luttait sans cesse pour échapper à son destin.
Il était seul à croire en un avenir différent de celui des siens, pourtant très attaché à eux. Il vivait le durlabeur de son père qui subvenait difficilement aux besoins de la famille, la patience à toute épreuve et la générosité de sa mère. Rien ne lui échappait; ni la tendresse d'une de ses tantes, ni la...
tracking img