Le ghetto de varsovie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 50 (12426 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA VIE QUOTIDIENNE DANS LE GHETTO DE VARSOVIE 

« Je voudrais bien être un chien : les sentinelles ne battent pas les chiens ».

SOMMAIRE

– Introduction

I. SURVIVRE DANS LE GHETTO
1. Les problèmes de la vie courante
a. Les difficultés à se loger
b. La faim et la recherche de nourriture
c. Le chômage
d. La peur, les déportations2. Les organisations d'aide
a. L’orphelinat de la rue Krochmalna
b. Le comité juif d'entraide
c. Le CENTOS

II. VIVRE DANS LE GHETTO
1. L'organisation politique du ghetto
a. Le Judenrat
b. Les mouvements de jeunesse et partis politiques
2. La vie quotidienne
a. Les déplacements, la communication avec l’extérieur, lacirculation des informations
b. La vie culturelle et sociale, l’enseignement
c. Les comités d'immeubles
d. Le kibboutz
e. La santé, les pompes funèbres
f. Le regard allemand sur le ghetto
g. La vie spirituelle et religieuse
h. La presse
i. L'organisation de la résistance

– Conclusion– Annexe 1 : Description du ghetto de Varsovie
– Annexe 2 : Le Pianiste, film de Roman Polanski
– Annexe 3 : le contexte européen et polonais avant la création du ghetto
– Bibliographie

Introduction :

Malgré l’absence d’une quelconque appartenance à la religion juive de notre part, le ghetto de Varsovie est un sujet qui tenait particulièrement à cœur aux lycéennes denotre groupe de travail, réuni dans le cadre des Travaux Personnels Encadrés. En effet, dès son évocation, nous sommes toutes trois, et pour la première fois après de longues tergiversations quant au choix du thème de nos recherches, tombées d’accord sur l’intérêt certain que représentait l’étude du cas du ghetto de Varsovie, rattaché au thème proposé : « Contraintes et Libertés ».
L’invasion de laPologne par l’Allemagne durant la Seconde Guerre Mondiale place des millions de juifs sous le joug nazi. Rapidement, ils sont écartés du reste de la population, privés peu à peu de tous leurs droits, humiliés, battus la rue. Leur séquestration dans un « quartier juif », sous prétexte d’un danger d’épidémie, est décidée le 16 novembre 1940 par le gouverneur général Hans Franck. Les conditions devie dans ce qui sera rapidement appelé « ghetto » sont très difficiles : le typhus, la surpopulation et la famine provoquent des milliers de morts. Pourtant, les habitants luttent pour tenter de maintenir tous les aspects d’une vie dite « normale ».

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un ghetto ?
Définition du mot « ghetto » d’après le dictionnaire de l’Académie Française (8e édition) :
Nom donné aumoyen âge, en Italie, au quartier assigné aux juifs. Par extension, il se dit de toute agglomération d’habitants d’origine juive dans une ville moderne.
Définition du mot « ghetto » d’après le site www.cnrtl.fr :
Mot italien d’origine vénitienne qui désigna d’abord une petit île de Venise où l’on obligea les juifs à résider à partir de 1516 ; l’île tire son nom de ghet(t)o « fonderie pourbombardes » (dérivé de l’italien ghet(t)are « jeter »). Cette industrie ayant existé là au XIVe siècle, plutôt que de l’hébreu ghet « lettre de divorce » (aghette « ghetto, attesté dans des textes judéo-romains récents) pourrait être une adaptation du mot italien.

Problématique : Comment la vie s’organise t-elle dans le ghetto malgré la mort ?

Ces Travaux Personnels Encadrés tenteront de répondre àcette problématique en développant tout d’abord l’aspect de la survie, puis celui de la vie dans le ghetto. En effet, cette étude visera à démontrer l’existence d’une vie presque normale, malgré un quotidien plus que difficile ainsi que la persistance d’inégalités dans l’enceinte du ghetto. L’objet de nos recherches visait, plus qu’à relater des évènements historiques propres à son histoire et...
tracking img