Le mal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1774 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Théorie et pratique face au mal
Le mal à l'origine de l'humanité
La conscience est la lumière de l'intelligence pour distinguer le bien du mal. Confucius
Théoriquement, tout jugement porté sur une action est subjectif et ne peut reposer sur aucune base solide. 
Théoriquement, les philosophes sophistes ont raison d'écrire : « tout se vaut ». 
Théoriquement, Spinoza voit juste lorsqu'ilconsidère le « mal » comme une réalité illusoire ....
Mais pour la pratique, c'est une autre histoire.
En pratique, l'homme doit juger les choses.
En pratique, il doit attribuer diverses valeurs aux événements.
En pratique il doit croire à la réalité du mal.
« En pratique » la société humaine doit suivre la philosophie de Socrate exhortant l'homme à juger ses actes.
Les choix de l'humanitéL'humanité ne se trompe pas dans ses choix. Constitué sous la poussée humaine, le lit de l'évolution est forcément le meilleur pour atteindre la mer. C'est pourquoi l'histoire de la philosophie choisit tel courant plutôt que tel autre. 
C'est pourquoi la philosophie refusa les concepts sophistes pour adopter les socratiques. Elle suivit Socrate et Platon * au lieu de suivre Gorgias et Protagoras **.
*pour qui « l'être est » et la morale est nécessaire
** pour qui : « rien n'est ; et si c'est, c'est inconnaissable, et si c'est connaissable, c'est incommunicable».
Non pas que les sophistes aient torts. Ils ont même probablement raison. Seulement l'humanité pour se constituer avait absolument besoin de conviction et de morale. Il lui fallait distinguer les actions en « bien » et « mal », etchoisir des deux le bien.
Tout vient à point
Dans l'absolu, les choses se déroulent probablement « par-delà le bien et le mal » , comme l'affirme Nietzsche. 
Mais si l'humanité a créé ces deux notions c'est qu'il fallait qu'elles existent.. L'homme s'est doté des valeurs de bien et mal, autorisé et interdit, et cela a du sens.
En effet, imaginons notre espèce agissant subitementsans s'interroger sur ses actions. Imaginons les hommes réagissant aux choses, sans jamais s'interroger sur leurs actes. Sans se demander si tel comportement appartient au domaine du « bien » ou à celui du « mal ». Sans se questionner pour savoir s'il doit ou non agir de telle ou telle manière.
L'humanité retournerait alors tout simplement vers son stade premier, celui des « primates naturels »*
* Elle reformeraitde petites troupes ... abandonnerait tout progrès ... Oublierait toute ses spiritualités ... et retournerait à la toute-puissance des dominants ...
 
Le mal a un sens
Il est un moteur de perfection
Un verrou anti retour
Dans un premier temps, les valeurs de « bien » et de « mal » servent à « stabiliser » l'humanité. À exclure tout retour vers nos origines primates naturelles.
Mais leurmission ne s'arrête pas là.
Si leur seule vocation était de conserver l'humanité en état, ces valeurs n'auraient pas évolué. 
Une fois notre espèce consolidée, le bien aurait cessé de progresser et le mal de régresser.
Ces deux notions se serait figées après l'acquisition par l'homme de ses grandes lois morales*.
* règles morales, issues des premières grandes religions, comme l'hindouisme et lejudaïsme...
Le sens majeur du bien et du mal
Seulement l'humanité à dépassé ce stade.
Depuis l'apparition de ces deux valeurs fondatrices, notre espèce à continué de les « travailler ».
* La prohibition du mal s'est développée, sophistiquée et affinée. L'impunité dont jouissait l'homme (la toute puissance du fort sur le faible) n'a cessé de se réduire.
* Le bien au contraire, a trouvé demultiples voies d'expansions. L'éducation, la politique, la religion, la laïcité, la solidarité, l'éthique, la morale, l'amitié, l'amour ... évoluent. En évoluant, ces facultés orientent notre espèce dans une direction bien précise.
A travers l'évolution de ces deux notions *, il est permis de saisir le véritable engagement de l'humanité.
*ou plus précisément, à travers le sens assigné par...
tracking img