Le monde de zaar

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 88 (21846 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le monde de Zaar [Chapitre 1 à 9]

Sommaire
# Chapitre 1 - Etranges nuits
# Chapitre 2 - A.I.S.M.
# Chapitre 3 - Départ pour le monde de Zaar
# Chapitre 4 - Invités inattendus
# Chapitre 5 - Les espèces de fées
# Chapitre 6 - Attaque d'Harziyns
# Chapitre 7 - Curieuses créatures
# Chapitre 8 - Les Médinos
# Chapitre 9 - L'auberge
# Chapitre 10 - Le grimoire des Montsinnor
# Chapitre11 - Le courage de Yann
# Chapitre 12 - La montagne d'argent
# Chapitre 13 - Les Zirlims
# Chapitre 14 - En pleine nuit
# Chapitre 15 - Debut des préparatifs

# Chapitre 1 - Etranges nuits

Le soleil était levé depuis un peu plus d’une heure sur Vigneux-Saint-Lys, éclairant les moindres recoins des passages étroits et projetant l’ombre des grandes bâtisses sur le sol terreux.
C’était untout petit village, construit sur le flan d’une importante colline, et dont la majorité des habitants étaient agriculteurs.
S’il n’y existait pas de rues à proprement parler, il y avait cependant une multitude de ruelles piétonnes qui débouchaient pour la plupart sur la seule et unique avenue. Celle-ci traversait Vigneux-Saint-Lys sur près d’un kilomètre, séparant la ville en deux parties presqueégales. Sur cette grande artère se trouvaient presque toutes les boutiques, écoles et bâtiments municipaux. Il y avait également une vaste place en son milieu, la place Jules Verne.

C’était une de ces chaudes journées qui débutaient le mois de septembre. En ce jeudi matin, les écoles rouvraient leurs portes, et déjà des cris joyeux retentissaient dans les cours de récréations.
Pas très loin dela place centrale se trouvait le collège Victor Hugo. Petit à petit, des élèves y arrivaient, franchissant le grand portail noir de l’établissement, retrouvaient leurs amis avec des grands cris de joie et se racontaient ce qu'ils avaient fait pendant les vacances.
Devant les grilles ouvertes, une adolescente observait le collège, seule. Elle contrastait étrangement avec les autres élèves quicouraient en riant autour d'elle et ne ressemblait vraiment à aucun d’entre eux. Ses cheveux châtains clairs, presque blonds, cendrés, négligés et coupés courts, restaient tout de même suffisamment longs pour lui chatouiller le cou et tomber devant ses yeux. Au bout de son nez et cachant ses yeux verts, sa paire de lunettes carrées glissait sans cesse. Elle était vêtue d’un t-shirt gris ample, et d’unjean sale trop grand pour elle. Au premier regard, on voyait qu’elle était frêle. Autour de son fin poignet se trouvait son seul et unique bijoux ; une gourmette indiquant son prénom : Cornelia.

Cornelia Lewinski allait bientôt avoir quinze ans. Elle n'avait jamais cherché à être comme les autres filles, et se plaisait bien ainsi. Tout ce qu'elle souhaitait, c'était que ses camarades lalaissent tranquille, car elle était la cible de nombreuses violences depuis longtemps. Mais Cornelia, qui était d’une timidité presque maladive, n’osait ni leur répondre ni aller les dénoncer, ce qui semblait les encourager à continuer. C’était, en plus de cela, une adolescente assez originale, souvent dans la lune, et qui vivait dans son monde. Plus que tout, elle adorait lire, et c’était rare de lavoir sans un volume à la main. Son domaine de prédilection était le fantastique et elle pouvait passer des journées entières le nez dans les pages fraîchement imprimées d’un ouvrage. Elle évoluait dans un univers féerique et s’y sentait bien. Et ce côté de sa personnalité la rendait encore plus sujette aux moqueries des autres.
Cornelia était orpheline. Ses parents s’étaient tués dans un accidentde voiture lorsqu’elle avait deux ans. Depuis, elle vivait dans un foyer, entourée de plusieurs jeunes comme elle. Mais là aussi, elle était exclue et seule.
Malgré les apparences, elle n’avait jamais réussi à les considérer comme sa famille.

Les heures avaient défilé et la journée touchait à sa fin. Le soir arriva cependant trop lentement à son goût. La journée avait été longue, et...
tracking img