Le protocole de kyoto

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4256 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LE PROTOCOLE DE KYOTO
Tout a commencé à l'occasion de la "Convention-Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique" (CCNUCC), instance de politique internationale créée à Rio de Janeiro en 1992, qui a défini les moyens de lutte contre le changement climatique. Le choix s'est porté sur la réduction du réchauffement futur, par la baisse des émissions de gaz à effet de serre.
L'idéed'un traité international est issue de cette convention.
Cinq ans plus tard, le 11 décembre 1997, les délégués de 160 pays se réunissent à Kyoto, au Japon, pour prendre des mesures contre le réchauffement climatique et s'entendent pour réduire les émissions de six gaz à effet de serre (GES) [ le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), l’oxyde nitreux (N2O), l’hexafluorure de soufre (SF6), leshydro fluorocarbures (HFC), les hydrocarbures perfluorés (PFC) ] de 5,2% entre 2008 et 2012, par rapport aux niveaux de 1990.
Signé le 11 décembre 1997, le protocole de Kyoto est entré en vigueur le 16 février 2005 et a été ratifié à ce jour par 183 pays, à l'exception notable des États-Unis.
{draw:rect} {draw:rect}
_Source : _.wikipedia.org/
*Le réchauffement climatique est-il unphénomène météorologique cyclique normal *?

La science du changement climatique s’appuie sur des bases solides.
En 1988, les Nations Unies ont formé un groupe impartial de plus de 2 000 spécialistes du climat à travers le monde, chargé de déterminer si les changements climatiques étaient réels ou non.
Ce groupe, connu sous le nom de Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution duclimat (GIEC), a publié quatre rapports concluants depuis sa création, confirmant la base scientifique du réchauffement climatique.
« Malgré le consensus croissant dont fait l’objet la science étayant les prédictions sur le changement climatique, la nécessité d’atténuer les répercussions du changement climatique a récemment été mise en doute. Nous considérons que ce doute est injustifié.
Laconcordance des preuves scientifiques exige que des gestes soient posés maintenant afin de prévenir des changements dommageables pour le climat de la Terre. »
_Société royale du Canada
Mars 2001_
182 pays sur 192 pays indépendants ont ratifié, accepté, accédé ou approuvé le protocole :
Les 23 pays suivants (la plupart membres de l’OCDE en 1992), listés aux Annexes I et II de laCCNUCC, l’ont ratifié : Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Canada, Danemark,
Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Islande, Italie,
Japon, Liechtenstein, Luxembourg, Norvège, Nouvelle-Zélande,
Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Suède, Suisse.
Les 15 pays suivants (économies en transition), listés à l’Annexe I uniquement de la CCNUCC, l’ontratifié : Biélorussie, Bulgarie, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie,
Moldavie, Pologne, République tchèque, Roumanie, Russie,
Slovaquie, Slovénie, Turquie, Ukraine.
Les 117 pays suivants (en développement), non listés à l’Annexe I de la CCNUCC, l’ont ratifié : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Antigua-et-Barbuda,
Arabie saoudite, Argentine, Arménie,Azerbaïdjan, Bahamas,
Bangladesh, Barbade, Belize, Bénin, Bhoutan, Birmanie,
Bolivie, Botswana, Brésil, Burkina Faso, Burundi, Cambodge,
Cameroun, Chili, Chine, Chypre, Colombie, Îles Cook,
République du Congo, Corée du Nord, Corée du Sud[25], Costa Rica,
Cuba, Djibouti, Dominique, Égypte, Émirats arabes unis, Équateur, Érythrée, Éthiopie, Fidji,Gambie, Géorgie, Ghana, Grenade, Guatemala, Guinée, Guinée équatoriale, Guyana, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Iran, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Kiribati, Kirghizistan, Koweït, Laos, Lesotho, Liberia, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Maldives, Mali,
Malte, Maroc, Marshall, Maurice, Mauritanie, Mexique[25],
Micronésie,...
tracking img