Le serment des horaces

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1029 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Serment des Horaces.

Le Serment des Horaces est une toile à l’huile de style néoclassique du peintre français Jacques-Louis David. Terminé à Rome en 1785, il fut exposé au Salon de Paris de cette même année. Il est actuellement conservé au Musée du Louvre. Ce tableau est de grande taille : 300 centimètres de hauteur sur 420 centimètres de largeur. Il a eu un énorme succès dès sapremière exposition, ce qui permit d’ailleurs à David d’éclipser ses rivaux. C’est le premier chef d’œuvre du néoclassicisme tant dans son thème que dans son style et sa composition.

1) Le thème Antique choisi par David.
Dans cette œuvre, David s’inspire d’un épisode plus ou moins légendaire de l’histoire de la Rome antique rapporté par plusieurs historiens (Tite-Live, Plutarque) et reprispar Corneille un siècle auparavant (1640) dans sa tragédie Horace :
Au VIIème siècle av. J.-C, pour mettre fin à une guerre sanglante entre Rome et Albe, les deux cités choisissent trois champions : Rome choisit les Horace et Albe choisit les Curiace. Or ces deux familles son unies par plusieurs mariages.
Le serment en tant que tel est une invention de David mais il est aisé d’imaginer lecontenu de celui-ci : les trois fils promettent à leur père et, à travers lui, à leur patrie, de se battre jusqu’à la mort contre les maris de leur sœurs et les frères de leurs femmes. Dans ce tableau on retrouve les thèmes de la tragédie de Corneille : austérité, courage, détermination, fidélité et fierté des hommes. Le cérémonial du serment s’inspire probablement des serments franc-maçon (Davidétait initié) notamment par la présence des épées.
En choisissant ce thème, David est volontairement en rupture avec son premier maître Boucher qui prenait des thèmes galant et mythologiques. Le thème antique sera souvent repris par ses successeurs néoclassiques.



2) La technique de ce tableau.
a) Le chiffre 3.
Pas besoin d’être un expert en peinture pour serendre compte que le chiffre 3 est omniprésent dans la composition du Serment des Horaces. Depuis l’Antiquité, ce chiffre a toujours été considéré comme le symbole de la perfection et de la stabilité (il faut trois points pour définir un plan, le trépied est la plus simple façon de supporter un objet en hauteur, il y a trois entités chrétiennes…). Dans ce tableau, on a trois groupes de personnagesdistincts : Les trois Horaces placés en triangle, le vieil Horace qui brandit trois épées et les trois femmes (la femme en noir en recul, la mère des Horaces, n’est pas vraiment dans ce groupe)

La règle des tiers est respectée // Les Horaces sont en position triangulaire

b) Perspective, Architecture et Lignes du tableau.
Comme souvent dans les tableaux de cette époque,l’architecture du bâtiment et le carrelage servent à définir et stabiliser la perspective de la scène. Nous sommes dans la villa d’un aristocrate romain car il y a des arches et des pavés. Les colonnes servent à définir la verticale du tableau tandis que le sol régulier définit la profondeur du tableau. Le point de fuite qui se situe sur la main gauche du père qui tient les épées attire le regard et montrel’importance du serment.

Le point de fuite et les lignes de perspective
c)Les couleurs et l’éclairage du tableau.
L’éclairage (caravagesque) de se tableau emploie une technique inventée par Le Caravage (peintre du XVIIème siècle). Cette technique utilise de brutaux contrastes. Elle donne à la scène un caractère dramatique et sérieux et annonce la tragédie à venir.
Les couleurs dece tableau accentuent la division de la toile par les colonnes. En effet, les hommes portent des tuniques aux couleurs vives, qui symbolisent leur force de vie tandis que les femmes ont des robes ternes, qui accroissent leur écrasement.

Georges de la tour, Le Caravage, utilisation du clair obscur
3) Interprétation du tableau.
a) Opposition entre les hommes et femmes...
tracking img