Le travail des femmes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2194 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic] [pic]

Education civique,
juridique et sociale

Le profil des femmes actives 

Sommaire

Introduction

Les métiers peu féminisés

Les métiers très féminisés

Les obstacles à l’égalité des chances

5 Les emplois traditionnels

6 Les préjugés

7 L’éducation

8 L’orientationscolaire

9 Les contraintes familiales

1) Les solutions mises en place

a) Les lois

b) Les actions : quelques exemples

c) Les mesures prises par les entreprises

2) Conclusion

1) Introduction

De tous temps, les femmes ont travaillé. Cependant, leurs compétences n’ont pas toujours été reconnues, ainsi, leur droit au travail a souvent été contesté.Le travail des femmes en France a considérablement évolué depuis la fin de la seconde guerre mondiale, tant au niveau du nombre qu’au niveau des conditions. Ces évolutions sont dues à plusieurs facteurs comme le changement de représentation de la femme, de son rôle dans la société… Il reste tout de même des stéréotypes qui bloque l’accès des femmes à certains métiers « d’hommes ».
On peut alors se poser cettequestion : Est-ce que les métiers ont un sexe ?
Pour répondre à cela, il faut d’abord étudier les métiers occupés majoritairement par des femmes ainsi que ceux qui, à l’inverse, sont peu pratiqués par celle-ci. Selon l'INSEE, 60% des femmes actives en France se concentrent dans six catégories professionnelles, parmi les trente existantes. La majorité d'entre elles travaillent dans les métiers du social,les services à la personne, les professions intermédiaires de la santé (infirmière, aide soignante) ou l'éducation. On trouve, alors, plusieurs explications à ce phénomène de classification de profession par sexe, nous les étudierons par la suite.

[pic][pic][pic][pic][pic]

2) Les métiers peu féminisés

Voici la liste des métiers les moins féminisés :

1. Chauffeur (5 %) 
2. Ouvrierqualifié de manutention (7%)
3. Agent de maîtrise ou contremaître (9 %)
4. Ouvrier qualifié de type artisanal (10 %)
5. Techniciens (13 %)
6. Ingénieurs et cadres techniques (14 %)
7. Chefs d'entreprise de 10 salariés et plus (14 %)
8. Ouvriers qualifiés de type industriel (17 %)
9. Artisans (24 %)
10. Cadres administratifs et commerciaux des entreprises (35 %)

On constate par cetteliste que les métiers peu féminisés se situent pour la plupart dans les secteurs du transport, de l’industrie, du BTP et des sciences et technologies. Ces métiers sont victimes de préjugés et sont considérés comme réservés aux hommes.

[pic]

3) Les métiers très féminisés

Voici à présent une liste des métiers les plus féminisés :

1. Assistant maternel (99 %) 
2. Secrétaire (97 %) 
3.Aide-soignant (91 %)
4. Infirmier, sage-femme (87 %) 
5. Employé administratif en entreprise (76 %)
6. Agent d'entretien (74 %)
7. Employé administratif dans la fonction publique (72 %)
8. Vendeur (69 %)
9. Personnel de l'action sociale, culturelle et sportive (65 %) 10. Enseignant (64 %)

En observant cette liste, on remarque que les métiers très féminisés se concentrent majoritairement dansquatre secteurs : le social, les services à la personne, la santé et l’éducation. L’augmentation, ces 20 dernières années, des services et plus globalement du domaine tertiaire a favorisé le développement des métiers féminins.

[pic]

4) Les obstacles à l’égalité des chances

De nombreux facteurs peuvent expliqués le fait que les femmes se dirigent plus fréquemment vers certains métiersplutôt que vers d’autres :

a) Les emplois traditionnels

L’entrée des femmes sur le marché du travail s’est d’abord faite dans des secteurs qui étaient liés à leurs tâches traditionnelles. Elles étaient couturières, domestiques, secrétaires, nourrices, infirmières, sages femmes et enseignantes. Comme elles faisaient déjà ce travail gratuitement à la maison, celui -ci recevait très peu...
tracking img