Lecture analytique incipit de la peste albert camus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (518 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Albert Camus est un auteur français du XXème siècle qui a marqué son temps par ses réflexions sur l’homme, la politique et l’absurde. Le cycle de l’absurde regroupant L’étranger (un roman, 1942), leMythe de Sisyphe (un essai, 1942) et Caligula (une tragédie, 1945) précède le cycle de la révolte dans lequel s’inscrit la Peste (1947). Mettant en scène une ville assiégée par le bacille de lapeste, Camus choisit d’y narrer la lutte de l’homme, des hommes contre une figure du Mal.
L’incipit du roman va donc mettre en place le décor dans lequel la narration va se faire.
LECTURE
Dans quellemesure cet incipit est-il particulier ?
Nous étudierons dans un premier temps la présentation de la ville d’Oran puis dans un second temps nous montrerons en quoi la place du narrateur fait de cetincipit une « chronique » particulière.

I/ La description paradoxale d’une ville paisible et « laide »
• Un récit extrêmement structuré
o Introduction générale qui inscrit déjà l’intrigue sanspour donner autant de détails. (paragraphe 1)
o Description d’Oran (paragraphe 2)
o Description des habitants et de leurs habitudes (paragraphe 3)
o Thème de l’amour des Oranais (paragraphe 4)
oThème de la mort (paragraphe 5)
o Banalité de la vie (paragraphe 6)
o Incidents du printemps (paragraphe 7)
o Position du narrateur. (paragraphe 8)
 Progression entre paragraphes et interactions desparagraphes les uns avec les autres.
• Incipit qui rend flou la temporalité avec un indice de temporalité externe incomplet.
• Description paradoxale :
o ville à la fois semblable à d’autres maisdifférente et pas seulement à cause des événements qui s’y sont produits « ville ordinaire », « rien de plus qu’une préfecture française », « aspect tranquille », début du paragraphe 4 « A Oran commeailleurs… », « aspect banal de la ville et de la vie »
o globalement dépréciative dès le début du roman « laide », « une ville sans pigeons, sans arbres et sans jardins, où l’on ne rencontre ni...
tracking img