Lecture au cp

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3570 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMENT DEBUTER L’APPRENTISSAGE DE LA LECTURE AU CP ?

Les méthodes d’apprentissage à la lecture les plus utilisées dans les classes de CP débutent la plupart du temps de la façon suivante :
-étude de quelques phrases de façon globale ;
-constitution d’un répertoire de mots ;
-apprentissage d’un premier phonème simple et de sa correspondance graphique (exemple[l], la lettre l), puis d’unsecond (exemple[i], la lettre i), puis assemblage des deux par fusion de phonèmes([l]+[i]( li).

Le maître qui commence dès le début de l’année à enseigner de façon systématique le déchiffrage fait donc les hypothèses suivantes :
-l’élève sait que la langue écrite correspond à la transcription de la langue orale, autrement dit que l’écriture d’un mot correspond au codage des sons émis lors de saprononciation et n’a aucun lien avec sa signification.
-l’élève a repéré les éléments spécifiques au langage écrit tels que :
~ le sens de la lecture,
~ les blancs (leur répartition gère une partie du sens du texte: entre les mots, retour à la ligne, espace entre les paragraphes),
~ la présence de certains signes d’une valeur différente: accentuation de certaines lettres (rôle phonique),ponctuation (rôle sémantique).

Ces particularités du français ne sont pas toutes perceptibles dans le langage oral (blancs, sens de la lecture).
L’enseignant qui démarre le CP par le type de séance citée plus haut présuppose donc que l’enfant a conscience de tout cela et qu’il ne reste plus qu’à lui inculquer les mécanismes qui régissent le code pour qu’il lise.

Or, de nombreux enfants, en finde grande section, n’ont pas repéré l’ensemble de ces spécificités et n’établissent donc pas de lien entre ce qu’on leur enseigne et les représentations qu’ils se sont construites sur le fonctionnement de l’écrit. Des représentations erronées non corrigées rendront pourtant difficile l’entrée dans l’écrit.
Exemples :
~les mots sont une suite de signes ayant un lien sémantique avec le signifié;
~les mots ne sont pas l’unité de base du langage (exemple : Ima donné uncoupié) ;
~les blancs entre les lettres et les mots ont la même valeur ;
~les lettres ont une valeur phonique unique.

Il est donc nécessaire que les enseignants prennent conscience :

~du niveau de représentation des élèves :
- en s’appuyant sur des témoignages d’élèves, des tentatives de lecture infructueuses,
-en observant des essais d’écriture d’élèves,

~de la nécessité de commencer l’apprentissage de la lecture par des activités leur permettant de faire évoluer leurs représentations sur l’écrit :
-travailler sur le rôle des blancs ;
-reconnaître et nommer les lettres composant l’écrit ;
-repérer et différencier accents et ponctuation.

~d’associer, dès le départ, lecture et production d’écritafin de faire repérer aux élèves toutes ces particularités, en situation de production.

http://prepalire.ifrance.com/prepalire/fichiers/docdesrapporteurs.htm
Extraits des journées de l’ONL, janvier 2002

Dans le nouveau document «  Lire au CP », la page 15 est consacrée aux priorités à travailler et à évaluer à l’entrée au CP. Ce tableau renvoie à différentes fiches qui nous ont semblé trèsdenses.
Nous avons fait le choix d’un autre plan celui du MEDIAL (Moniteur pour l’évaluation des difficultés de l’apprenti- lecteur chez RETZ) qui nous a semblé expliquer clairement toutes les composantes nécessaires à l’apprentissage de la lecture.

Les points suivants seront développés :

Projet de lecteur

Facteurs encyclopédiques et linguistiquesfavorisant la compréhension 

- Langage
- Compréhension
1. Connaissance de la fonction des écrits

2. Conceptualisation de la langue
-Sens conventionnel de la lecture
-Relation entre quantité d ‘oral et quantité d’écrit
-Relation entre nombre de mots à l’oral et à l’écrit
-Segmentation de l’écriture en...
tracking img