Lecture plurielle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (754 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Balzac,
Extrait de Les Illusions perdues, première partie : Les Deux poètes,
Edition Furne

-- 73 --
-- Il a imprimé ses poésies lui-même, se dirent les femmes.
-- Pourquoi s'appelle-t-ildonc alors monsieur de Rubempré ? demanda Jacques. Quand il travaille de ses mains, un noble doit quitter son nom.
-- Il a effectivement quitté le sien, qui était roturier, dit Zizine, mais pourprendre celui de sa mère, qui est noble.
-- Puisque ses vers (en province on prononce verse) sont imprimés, nous pouvons les lire nous-mêmes, dit Astolphe.
Cette stupidité compliqua la questionjusqu'à ce que Sixte du Châtelet eût daigné dire à cette ignorante assemblée que l'annonce n'était pas une précaution oratoire, et que ces belles poésies appartenaient à un frère royaliste du révolutionnaireMarie-Joseph Chénier. La société d'Angoulême, à l'exception de l'Evêque, de madame de Rastignac et de ses deux filles, que cette grande poésie avait saisis, se crut mystifiée et s'offensa de cettesupercherie. Un sourd murmure s'éleva ; mais Lucien ne l'entendit pas. Isolé de ce monde odieux par l'enivrement que produisait une mélodie intérieure, il s'efforçait de la répéter, et voyait lesfigures comme à travers un nuage. Il lut la sombre élégie sur le suicide, celle dans le goût ancien où respire une mélancolie sublime ; puis celle où est ce vers :
                     Tes vers sont doux,j'aime à les répéter.
Enfin, il termina par la suave idylle intitulée Néère.
Plongée dans une délicieuse rêverie, une main dans ses boucles, qu'elle avait défrisées sans s'en apercevoir, l'autrependant, les yeux distraits, seule au milieu de son salon, madame de Bargeton se sentait pour la première fois de sa vie transportée dans la sphère qui lui était propre. Jugez combien elle futdésagréablement distraite par Amélie, qui s'était chargée de lui exprimer les voeux publics.
-- Naïs, nous étions venues pour entendre les poésies de monsieur Chardon, et vous nous donnez des vers...
tracking img