Lecture

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1851 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Mise en œuvre du PVI Nouvelle génération

Les preuves qui défavorisent le port de Cotonou

Les réformes douanières engendrées par la mise en œuvre du Programme de vérification des importations (PVI) nouvelle génération créent des tensions et suscitent des controverses. Les transitaires, les importateurs et les douaniers sont montés au créneau pour dénoncer un système lent qui handicape leport de Cotonou, preuves à l’appui.

Hillacondji, le 02 septembre 2011. Des centaines de camions chargés, bloqués de la frontière jusqu’au bureau de la Poste d’Agoué. Alignés de part et d’autre de la route principale, ces camions n’ont pas trouvé où stationner dans le parking obligatoire Don Traco, qui est plein. C’est ainsi, depuis le 1er juillet, date de mise en œuvre du contrat qui lie BéninControl S.A., une société qui a reçu mandat du gouvernement pour l’appuyer dans la mise en place d’un Programme de vérification des importations (PVI) nouvelle génération, en vue de renforcer et de moderniser les capacités de l’administration de la douane. A peine est-elle mise en place qu’elle doit faire face aux griefs des différents usagers des différents points d’entrée du Bénin. Destransitaires et des importateurs ont décidé de bloquer les opérations de dédouanement pour obliger le gouvernement à laisser la douane fonctionner comme par le passé, explique un responsable du parking Don Traco, qui a requis l’anonymat. Certains importateurs estiment en effet que les valeurs de la douane déterminées par Bénin Control paraissent plus élevées que celles déterminées sur la base des valeursconsensuelles. Faux ! rétorque Bertin Aïzonou, secrétaire technique adjoint de la Cellule de suivi des programmes économiques et financiers (CSPEF), qui soutient que ce sont des contres-vérités distillées par ceux qui ne se soumettaient pas au dédouanement. Les importateurs motivés par des agents de la douane et des transitaires ambulants dont les intérêts seraient menacés décident de mener desactions d’humeur, aux fins de contraindre les autorités au maintien de l’ancien système de dédouanement. La conséquence, dans le commerce, en est une flambée des prix des produits de première nécessité.

La responsable de la société Titilayo, représentante d’une marque fabriquée en Afrique du Sud et importatrice, pointe du doigt le délai pour la certification des déclarations des produits importés.« Théoriquement il faut trois jours pour certifier les documents à l’importation et déterminer les valeurs de la douane. Moi, j’ai fait plus d’un mois à attendre les documents de Bénin Control avant que le montant de la douane ne soit déterminé pour des marchandises qui sont importées par le port de Lomé. Pendant ce temps, j’ai fait un chassé-croisé entre Hillacondji et Cotonou. C’est beaucoup dedépenses et de perte de temps », se fâche-t-elle. Juliette Agbodjogbé, commerçante et importatrice de divers, renchérit en disant que ses marchandises sont restées bloquées à la douane Hillacondji, deux mois durant.

La directrice générale de la société Titilayo dénonce également une détermination fantaisiste des valeurs de la douane par Bénin Control. « Après un mois d’attente, Bénin Controldétermine une valeur sur la base de produits importés des Amériques, prétextant que c’est une marque américaine. Pourtant, c’est dans une usine sud africaine que je me suis rendue pour acheter, et les documents le prouvent bien. J’ai donc payé quatre millions pour une cargaison qui devrait me coûter à peine la moitié de ce montant », raconte la directrice de cette société, toute furieuse. Elle en déduitqu’il y a trop de tracasseries avec Bénin Control.

Mme Agougnon, importatrice de tissus, tout en admettant les réformes, déplore cependant que la douane soit passée du simple à plus du double. À titre d’exemple, elle cite le cas du conteneur de 20 pieds de tissus Hitarget qui est passé de 7 millions à 12 millions FCFA. Elle dénonce également la lenteur dans le processus de détermination...
tracking img