Les 5 axiomes de la communication selon watzlawick

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1286 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les 5 axiomes de la communication selon Watzlawick
Il existe de nombreux modèles de communication et je vais aborder celle, pragmatique de Watzlawick car elle me semble interressante à connaitre pour tout médecin.
Il se résume en 5 axiomes qui sont :
1. On ne peut pas ne pas communiquer
2. Toute communication présente deux aspects : le contenu et la relation, tels que le second englobe lepremier et est par suite une méta-communication
3. La nature d'une relation dépend de la ponctuation des séquences de communication entre les partenaires
4. La communication humaine utilise simultanément deux modes de communication : digital et analogique
5. La communication est soit symétrique, soit complémentaire

1. On ne peut pas ne pas communiquer
Chaque être humain adopte un comportementparticulier dans la vie de tous les jours. Et tout comportement a valeur de message. Donc même si nous n'avons l'impression de ne rien faire notre simple présence, et même notre absence dans certains groupes est porteur d'information donc de communication.
En prenant l'exemple de la consultation médecin-patient, tout comportement de l'un et de l'autre, toute attitude, fera sens dans la relationet aura une influence importante dans les effets positifs et négatifs de celle-ci. De la manière dont le médecin parle, serre la main, ouvre la porte, jusqu'aux regards furtifs sur sa montre, le froncement de ses sourcils, le stylo avec la marque du laboratoire ... Il y a ainsi une multitude de signes informatifs que le médecin distillera au fil de la consultation. Et inversement, le médecinredéfinira le déroulé de la consultation en fonction d'autant de singes émis volontairement ou non par son patient.

2. Toute communication présente deux aspects : le contenu et la relation, tels que le second englobe le premier et est par suite une méta-communication
Lorsque nous communiquons, par écrit ou par oral, nous nous attachons au contenu de ce que nous voulons faire passer. C'est lepremier aspect de la communication.
Dans une bonne relation cet aspect prime et l'interlocuteur est réceptif au contenu de votre discours.
Mais imaginons une relation problématique. Vous ne vous entendez pas avec votre associé. Et chaque rencontre devient difficile. L'objectif n'est plus le contenu, chacun cherchant derrière ce que dit l'autre à décrypter son état émotionnel, une éventuel colère, oumanque de respect. C'est le deuxième aspect qui est la relation elle-même. Ce deuxième aspect prime sur le premier car si la relation est mauvaise le contenu sera soit rejeté, soit déformé, soit ignoré. Et cet aspect faisant appel au non verbal (regard, intonation, gestuelle, mimique...) est une méta-communication.
Par exemple lorsque nous sommes en consultation, il ne faut pas oublier cetaspect de l'échange au risque de ne pas être entendu, ni compris. Et de même de ne pas entendre les attentes de notre patient, voire de les rejeter ou de les déformer.

3. La nature d'une relation dépend de la ponctuation des séquences de communication entre les partenaires
La communication est un système circulaire d'échanges. Le comportement de l'un des acteurs induit le comportement de l'autre,qui lui-même réinduit le comportement du premier.
Mais nous avons tendance à considérer notre attitude seulement en réaction au comportement de l'autre en minimisant l'impact de notre propre attitude. Ce qui est source de nombreux conflits relationnels.
Exemple : En consultation le médecin peut se trouver mal à l'aise avec un patient, ne pas savoir s'y prendre avec lui et le considérer comme"difficile". A chaque nouvelle consultation le malaise s'amplifiera et le médecin s'entretenant avec son associé découvrira avec stupeur que lui n'a aucun problème relationnel avec ce patient. En fait chacun des partenaires a développé un système de défense à priori vis à vis de l'autre. Leurs attitudes réciproques sont devenues inamicales et défiantes, le médecin en attribuant la cause à son...
tracking img