Les ciompi vu par de la rancière

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1893 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
.

Charles Marie de la Roncière est professeur à la faculté des lettres et sciences humaines d'Aix-en-Provence. Peu d’infos sur lui
Charles Marie de la Roncière se base, dans son ouvrage prix et salaire à Florence au XIVe siècle, sur une histoire quantitative pour tenter de comprendre la vie quotidienne des florentins. Ses recherches portent ainsi sur les prix des différents produits depremière nécessité, sur les évolutions de salaires.
L’histoire quantitative ne se base plus uniquement sur des événements, mais avant tout sur des données sérielles, par exemple des statistiques démographiques, économiques et même culturelles.
L’histoire quantitative considère que l’abondance de chiffres, leur recoupement permet de mieux comprendre les faits sociaux, économique d’une société. Celle-ciapparait dans les années 50 au moment où l’histoire économique est très importante. Elle perd de son importance dans les années 80

« Le soulèvement des Ciompi dans la conjoncture économique » fait office de conclusion générale à la Thèse de Charles Marie de la Roncière sur les prix et salaires à Florence au XIVe siècle. Sa conclusion traite alors des effets sociaux des prix et des salairesavec comme question principale le rôle de la conjoncture économique dans le soulèvement des Ciompi.

On a tendance à étudier le soulèvement des Ciompi d’un point de vue strictement politique, considérant que l’absence de représentation politique des classes laborieuses est la cause première du soulèvement. Charles Marie de la Roncière s’intéresse aux implications économiques de ce soulèvement.Dans la continuité de sa thèse sur les prix et les salaires, il s’interroge sur le rôle de la conjoncture économique dans le mouvement des Ciompi.
La problématique de l’auteur apparait dans le 1er paragraphe  : L’évolution des prix et des niveaux de vie t-elle joué son rôle dans le mûrissement et dans l’éclatement de la crise ? Nous allons élargir la pb à un aspect plus historiographique en nousdemandant si l’histoire économique peut donner des éléments d’explication pour un mouvement comme la révolte des Ciompi ?
Charles Marie de la Roncière divise son texte en quatre parties. Pour les résumer rapidement on peut dire que la 1er partie détaille les revendications des insurgés, la 2nd partie cherche des explications de cette révolte dans la dégradation de la condition ouvrière, s’appuyantsur son travail sur les salaires et prix, puis on voit dans la 3ème des causes plus politiques et religieuses avec la guerre contre la papauté, enfin l’auteur dans sa dernière partie décrit le dvpt de la conscience de classes et les limites du mouvement .

Le soulèvement des Ciompi s’avère être très organisé avec de nombreuses réunions secrètes qui élaborent des revendications. De la Roncièrerappelle que la revendication principale est une revendication d’ordre politique avec le refus de la sujétion politique. Mais ce qui l’intéresse le plus, ce sont les revendications d’ordre économique. C’est d’abord l’endettement qui préoccupe les émeutiers, il réclame ainsi l’arrêt des poursuites judiciaire pour ceux qui n’arriverait pas à payer et autres mesures en faveur des endettés. Autre soucimajeur celui de l’emploi et du pain quotidien avec la mise en place par le gouvernement auquel participe les Ciompi de réquisition dans le contado, de distributions gratuite dans la cité, et enfin par la réouverture des boutiques.

Pour l’auteur, les revendications des insurgés prouvent l’importance de la conjoncture économique dans le déroulement de la révolte. Reste à en comprendre les causesEst-ce dû à une aggravation de la condition ouvrière ? L’extension du salariat est avérée au XIVe siècle dans toute l’Europe et en particulier à Paris par Geremek dans son étude sur les salaires. Ainsi de nombreux maitres artisans perdent leur autonomie, de même pour les artisans du textile qui deviennent des travailleurs au service d’un seul patron.
Le processus touche aussi florence...
tracking img