Les doctrines de haine sont-elles modernes au xixe siècle ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3446 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les doctrines de haine sont elles modernes au XIXe siècle en Europe ?

« haines de races, haines confessionnelles, haines politiques, haines de classes, on voit sugir de tous cotés des « anti » qui rivalisent d'exclusivisme et d'injustice, de fureurs aveugles et de colères ineptes : antisémitisme, antiprotestantisme, anticléricalisme, antiparlementarisme, antimilitarisme, anticapitalisme, commesi le patriotisme, comme si la religion et la raison elles-mêmes consistaient à maudire et à proscrire. » Anatole Leroy-Beaulieu (Les Doctrines de Haine : l'antisémitisme, l'antiprotestantisme, l'anticléricalisme.)

Le XIXe siècle en europe est celui de la révolution industrielle. Mais cette révolution n'est pas sans conséquences. Outre les bénéfices pour l'économie, des mutations profondesde la société s'opèrent avec notamment une urbanisation croissante et l'émergence de la classe ouvrière. Cette nouvelle société industrielle est marquée par le paupérisme dès lors la question sociale est au coeur des débats. L'émancipation des minorités (raciales, religieuses, économiques, politiques, sociales...) qui se dessine en parallèle comme une conséquence de la modernité va rapidementconduire à des mouvements, des réactions de rejet. Ces réactions se placent d'emblée comme une forme d'opposition à la modernité, c'est-à-dire l’ensemble des conditions historiques matérielles qui permettent de penser l’émancipation vis-à-vis des traditions, des doctrines ou des idéologies données et non problématisées par une culture traditionnelle, et ses conséquences. Toutefois, dans le contexte duscientisme, de véritables doctrines de haine envers certaines minorités apparaissent, témoignant de la volonté moderne d'imposer la raison à la société. On assiste à la multiplication des mythes, allégations et préjugés (mythe du complot contre les juifs, mythe du milliard...). Il s'agit alors de savoir si ces doctrines de haine sont modernes. A quels fantasmes renvoient-elles ? Et comment malgréleur archaïsme apparent s'insèrent-elles dans la modernité au XIXe siècle ? Après avoir analysée la difficile conciliation entre la haine et la modernité, nous nous pencherons sur les idées, modes de diffusion, d'expression et autres facteurs qui donnent aux doctrines de haine leur aspect moderne et les font passer au rang d'idéologie.

I- Haine et modernité : une conciliation difficile1/ La haine : un sentiment antimoderne, archaïque

• La haine est une réaction de répulsion intense, de rejet lié à la perception d'une situation et éprouvé à l'égard d'un groupe d'individus par exemple. C'est un sentiment qui s'inscrit dans l'archaïsme puisque, contrairement à la philosophie moderne, il ne s'inscrit pas dans une démarche rationnelle. La haine est liée à desstéréotypes, des préjugés, c'est-à-dire des jugements sans fondements, sans preuve empirique. Elle se développe suite à des représentations de l'esprit, des perceptions. Elle est donc contre raison.
Au XIXe, la haine se manifeste envers les minorités qui font l'objet d'une multiplication des rumeurs calomnieuses et dégradantes.
• D'autre part la haine envers des minorités, ou des groupes sociauxdifférents a toujours existé. Déjà au Moyen-Age on fait état des persécutions que peuvent subir les juifs notamment. Les mariages mixtes entre juifs et chrétiens sont interdits (339), ils sont écartés des hautes sphères gouvernementales (439)... La volonté de mettre au ban de la société des minorités n'est donc pas nouvelle. De même, les protestants ont fait l'objet de discours et actionshaineuses : le massacre de la Saint-Barthélémy le 24 août 1572 dans le contexte des Guerres de Religion entre Catholiques et Protestants... Ces événements témoignent de la préexistence du sentiment de haine de l'autre déjà bien avant le XIXe siècle et montrent que l'antijudaïsme ou l'antiprotestantisme (pour ne citer qu'eux) ne sont pas des haines nouvelles.
• L'antijudaïsme en particulier s'est...
tracking img