Les ensembles

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 54 (13355 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
© 2008 - Gérard Lavau - http://pagesperso-orange.fr/lavau/index.htm Vous avez toute liberté pour télécharger, imprimer, photocopier ce cours et le diffuser gratuitement. Toute diffusion à titre onéreux ou utilisation commerciale est interdite sans accord de l'auteur. Si vous êtes le gestionnaire d'un site sur Internet, vous avez le droit de créer un lien de votre site vers mon site, à conditionque ce lien soit accessible librement et gratuitement. Vous ne pouvez pas télécharger les fichiers de mon site pour les installer sur le vôtre.

ENSEMBLES, STRUCTURES ALGEBRIQUES
PLAN I : Vocabulaire 1) Règles usuelles et notations 2) Logique 3) Introduction à la démonstration 4) Fonctions, injections, surjections 5) Ensembles finis 6) Relation d'ordre a) Définition b) Ordre total, ordre partielc) Majorant, minorant, maximum, minimum II : Structures algébriques 1) Loi de composition interne 2) Définition d'un groupe 3) Sous-groupe 4) Morphismes, Exemples 5) Propriétés des morphismes 6) Anneaux et corps Annexe I : ensembles dénombrables et non dénombrables Annexe II : axiomes I : Vocabulaire On rassemble ci-dessous un certain nombre de notions, introduites en cours d'année. Une étudeexhaustive et directe de l'ensemble du chapitre serait particulièrement indigeste. Il vaut mieux se référer à tel ou tel paragraphe le moment venu. 1– Règles usuelles et notations i) A, B et C étant les parties d'un ensemble E, on note : A ∪ B = {x | x ∈ A ou x ∈ B} (réunion de A et B) A ∩ B = {x | x ∈ A et x ∈ B} (intersection de A et B) A = {x | x ∉ A} (complémentaire de A) On prouvera en exercicesles règles usuelles suivantes : A ∪ (B ∩ C) = (A ∪ B) ∩ (A ∪ C) A ∩ (B ∪ C) = (A ∩ B) ∪ (A ∩ C) (A ∩ B) = A ∪ B (A ∪ B) = A⊂B⇔ A∩ B⊂

A -1-

   

 

   

 

     

B

Ces règles s'appliquent à une réunion ou une intersection quelconque, finie ou non. Si I désigne un ensemble quelconque d'indices, on pose : x ∈ ∪ Ai ⇔ ∃ i, x ∈ Ai (x est dans l'un des Ai. ∃ signifie "il existe")i∈I x ∈ ∩ Ai ⇔ ∀ i, x ∈ Ai i∈I EXEMPLE :
n∈

(x est dans tous les Ai. ∀ signifie "quel que soit")

1 ∪ [ , 1] = ]0,1]. * n

1 1 ∩ [1 – , 1] = {1}, alors que ∩ [1 – , 1[ = ∅ n∈ * n∈ * n n ∅ désigne l'ensemble vide, ne possédant aucun élément. ii) On appelle différence de A et B la partie notée A – B (ou A \ B) définie par {x ∈ E | x ∈ A et x ∉ B}. On a A – B = A ∩ B. iii) Toutes les parties deE, depuis l'ensemble vide ∅ jusqu'à E lui–même, forment un ensemble appelée ensemble des parties de E et notées (E). Si E possède n éléments, (E) en possède 2n. En effet, pour définir une partie A de E, il suffit de choisir si chaque élément de E appartient ou non à A, ce qui fait 2n choix possibles (deux choix possibles par élément : il est dans A ou il n'est pas dans A). Le nombre d'éléments d'unensemble s'appelle son cardinal. On a donc : Card (E) = 2Card(E) iv) Etant donné deux ensembles E et F, on note E × F l'ensemble des couples (x, y), où x est élément de E et y élément de F. Par exemple, l'ensemble des couples de réels est noté × , ou 2. L'ensemble des n–uplets ou n–listes (x1, x2, ..., xn) d'éléments de E est noté En. L'ensemble des suites (xi)i∈I d'éléments de E, indicées par unensemble I fini ou non, est noté EI. 2- Logique Une proposition mathématique P est une phrase pouvant prendre les valeurs vrai ou faux. Par exemple, dans les entiers : P : ∀ n, ∃ m, m = n2 est vrai Q : ∀ n, ∃ m, n = m2 est faux Etant donné une proposition, le travail du mathématicien consiste à déterminer si elle est vraie ou fausse. S'il arrive à démontrer qu'elle est vraie, cette propositionest un théorème. On est amené à regrouper diverses propositions de la façon suivante : a) la conjonction : "P et Q" est une proposition qui sera vraie si et seulement si les deux propositions P et Q sont simultanément vraies. b) la dijonction : "P ou Q" est une proposition qui est vraie si et seulement si au moins une des deux propositions P ou Q est vraie. Les deux peuvent être vraies. le "ou"...
tracking img