Les miserables victor hugo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (406 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Anna Akhmatova
(23 juin 1889-5 mars 1966)
« Non, je n’étais pas sous un ciel étranger
Ni réfugiée sous une aile étrangère,
J’étais alors aux côtés de mon peuple,
Là où pour son malheur monpeuple se trouvait. »
1961
Anna Akhmatova est née à Bolchoï Fontan, près d'Odessa mais vit à Tsarskoïe Selo durant les seize premières années de sa vie, troisième des six enfants d'un père ingénieur demarine. Elle grandit dans un milieu aisé, apprend très tôt le français. Elle écrit de la poésie dès l'âge de 11 ans, inspirée par ses poètes favoris : Evguéni Baratynski et Pouchkine. Elle prend lepseudonyme d’Akhmatova car son père craint pour la réputation de son patronyme. Ses parents se séparent en 1905, elle vit avec sa mère, ses frères et sœurs puis entreprend des études de droit dans uneécole pour filles de la bonne société à Kiev. Au cours de ses études, elle rencontre le poète Nikolaï Goumilev qu'elle finit par épouser en 1910. Goumilev voyage en Afrique, pendant ce temps, (deux ans)Anna voyage dans le nord de l'Italie et à Paris, où elle rencontre entre autres Amedeo Modigliani. De son mariage avec Goumilev, elle aura un fils, Lev Goumilev qui deviendra un des plus importantshistoriens russes. Elle part ensuite vivre à St Pétersbourg. En 1914, elle refuse de quitter la Russie bolchevique bien que le nouveau régime lui est profondément étranger. Si elle ne sera jamaisarrêtée, elle n’en traversa pas moins des épreuves douloureuses : son premier mari, le poète Goumiliov, fut exécuté, son fils et son troisième mari arrêtés et envoyés dans des camps. Elle-même ne put presquerien publier pendant des années, à part quelques poèmes, et vécut toute sa vie dans la misère et la disgrâce. Elle reste une figure légendaire de St-Pétersbourg-Leningrad et de la poésie.

PortraitAnna Akhamatova, par Amedeo Modigliani,
.
Illustration du poème « L’amour » par Stanisław Ignacy Witkiewicz,

L'amour
 
C’est parfois un serpent magicien,
Lové près de ton cœur.
C’est...
tracking img