Les mots - extrait "le portrait du grand-père"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1125 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Extrait 1 : Le portrait du grand père.

«  Restait le patriarche : il ressemblait tant à Dieu le Père qu’on le prenait souvent pour lui. Un jour, il entra dans une église par la sacristie ; le curé menaçait les tièdes des foudres célestes : « Dieu est là ! Il vous voit ! » Tout à coup les fidèles découvrirent, sous la chaire, un grand vieillard barbu qui les regardait : ils s’enfuirent.D’autres fois, mon grand père disait qu’ils s’étaient jetés à ses genoux. Il prit goût aux apparitions. Au mois de septembre 1914, il se manifesta dans un cinéma d’Arcachon : nous étions au balcon, ma mère et moi, quand il réclama la lumière ; d’autres messieurs faisaient autour de lui les anges et criaient : « Victoire ! Victoire ! »  Dieu monta sur scène et lu le communiqué de la Marne. Du temps que sabarbe était noire, il avait été Jéhovah et je soupçonne qu’Emile est mort de lui, indirectement. Ce Dieu de colère se gorgeait du sang de ses fils. Mais j’apparaissais au terme de sa longue vie, sa barbe avait blanchi, le tabac l’avait jaunie et la paternité ne l’amusais plus. M’eût-il engendré, cependant, je crois bien qu’il n’eût pu s’empêcher de m’asservir : par habitude. Ma chance futd’appartenir à un mort : un mort avait versé les quelques gouttes de sperme qui font le prix ordinaire d’un enfant ; J’étais un fief du soleil, mon grand père pouvait jouir de moi sans me posséder : je fut sa « merveille » parce qu’il souhaitait finir ses jours en vieillard émerveillé ; il prit le parti de me considérer comme une faveur singulière du destin, comme un don gratuit et toujours révocable ;qu’eût-il exigé de moi ? Je le comblais de ma seule présence. Il fut le Dieu d’Amour avec la barbe du Père et le Sacré-Cœur du Fils ; il me faisait l’imposition des mains, je sentais sur mon crâne la chaleur de sa paume, il m’appelait son tout-petit d’une voix qui chevrotait de tendresse, les larmes embuaient ses yeux froids. Tout le monde se récriait :  « Ce garnement l’a rendu fou ! » Il m’adorait,c’était manifeste. M’aimait-il ? Dans une passion si publique, j’ai peine à distinguer la sincérité de l’artifice : je ne crois pas qu’il ait témoigné beaucoup d’affection à ses autres petits-fils ; il est vrai qu’il ne les voyait guère et qu’ils n’avaient aucun besoin de lui. Moi, je dépendais de lui pour tout : il adorait en moi sa générosité. »

Commentaire littéraire fait en classe.

> Commentdans cet extrait Sartre dresse-t-il le portrait du « patriarche » ,dans un rendu très distancé, nous donnant par là de nombreuses clefs de lecture ?

2 axes :
I) Le portrait d’un imposteur.
II) La reconstitution de la réalité.

I) Le portrait d’un imposteur.
a) Une métaphore dégradée de Dieu.

> Grand père = dernier personnage présenté. // Ombre du père.
+ « Restait le patriarche » ÞSujet inversé.

> Métaphore filée (qui s’enrichit) : ressemblances physiques, morales (Jéhovah, Emile, « Dieu d’Amour »).

> Orientation mystique du passage : «  il me faisait l’imposition des mains, je sentais sur mon crâne la chaleur de sa paume, il m’appelait son tout-petit d’une voix qui chevrotait de tendresse, les larmes embuaient ses yeux froids. »
+ « Mais j’apparaissais » +« M’eût-t-il engendré » Þ Apparition de Poulou : connotation religieuse.

MAIS regard parodique :

® Lieux des apparitions ridicules (cinéma..)
® Communiqué ridicule.
Þ Volonté de se mettre en scène.

b) Un vieillard de mauvaise foi.

> Le « faux » et le « vrai » Charles =
1. Les autres voient en C. un Dieu (église).
2. C. se voit lui-même comme un Dieu (cinéma).

Þ Preuve de mauvaise foi.C. = « le patriarche », « il », « mon grand père », « ce Dieu de colère », .. d’habitude, Sartre appelle C. par son prénom.

Þ C. se définit par rapport à comment les autres le perçoivent.

> Le comportement de C. relève bien de la comédie :
« il me faisait l’imposition des mains, je sentais sur mon crâne la chaleur de sa paume, il m’appelait son tout-petit d’une voix qui...
tracking img