Les nfot

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1223 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Malgré la mise en place d’un cercle vertueux liant hausse de la production, de la productivité, des profits, de l’investissement et de la consommation, le fordisme entre en crise vers la fin des années 1960. De nouveaux principes d’organisation du travail (c'est-à-dire la répartition des tâches et des compétences entre les salariés au sein d'une unité de production) voient alors le jour comme letoyotisme. S’inscrivant dans la lignée de leurs prédécesseurs, ils véhiculent toutefois des valeurs foncièrement nouvelles; ayant toujours pour but de répondre optimalement à la demande, afin d’écouler la production et de permettre l'augmentation durable des richesses produites : la croissance économique.
Nous sommes donc en mesure de nous demander si la diffusion d’une nouvelle organisation dutravail peut favoriser la croissance économique. Dans un premier temps nous analyserons les effets positifs que cela peut avoir sur la croissance économique puis, dans un second temps les limites qu’elle rencontre.

En premier lieu, la diffusion d’une nouvelle organisation du travail a pour but d’optimiser la productivité. Aux USA, par exemple, la productivité par tête a augmenté d’un pointdurant la période 1970-2001 (doc. 6). D’une façon générale, par le biais des NFOT comme le toyotisme, le zéro délai, le juste à temps ou encore le néotaylorisme, les salariés acquièrent de plus en plus de responsabilités dans leur travail. Ils sont alors contraints de travailler de façon plus soutenue afin de préserver leur emploi _ la demande baissant en période de ralentissement économique et seulsles emplois des salariés les plus productifs étant conservés_ mais aussi afin d’obtenir des primes à la productivité (cf salaire à la pièce). La productivité par heure travaillée est donc naturellement accrue ce qui a un impact positif sur la croissance économique par le biais des gains de productivité.
Les NFOT _ ainsi que l’évolution du marché du travail_ peuvent être considérées comme desfacteurs d’accroissement de la qualité. A l’instar du taylorisme, le toyotisme a pour but de valoriser la qualité dans le système productif et ce par le biais de différents procédés. Ainsi, on assiste à une véritable responsabilité des salariés avec le développement d’une plus grande autonomie, mais aussi à une hausse de leur implication dans le processus de production (ce qui permet d’éviterl’aliénation professionnelle) ou encore à leur plus grande implication dans l’entreprise (ce qui est un facteur de hausse de la productivité comme l’ont montré les travaux d’E.Mayo). De plus, l’évolution du marché, sa mondialisation oblige les entreprises à être plus compétitives ce qui sous entend une meilleure qualité des produits. Cela nécessite la mise en place d’une nouvelle organisation du travail,souvent plus contraignante pour les salariés. Par exemple, par le compromis fordiste la NODT par les gains de production a fait substantiellement baisser les prix. Ainsi, les entreprises deviennent plus compétitives _ tant sur le marché intérieur que sur le marché mondial_ ce qui tend à améliorer le solde de la balance commerciale. La diffusion d’une nouvelle organisation du travail favorisedonc toutes les composantes de la demande, à savoir l’investissement, la consommation et les exportations. La croissance de la demande entraine une croissance de la production, les NFOT occasionnent donc une croissance du PIB et par la même de la croissance. La diffusion de nouvelles organisations du travail est d’autant plus favorable à la croissance économique, qu’elle s’accompagne généralement(de l’introduction) du progrès technique.
Les nouvelles organisations du travail, tout comme les mutations du marché peuvent « amener » des valeurs favorables à la croissance économique. En effet, l’individualisation des salaires (cf salaire au mérite) ou la responsabilisation des salariés dans leur travail sont autant de phénomènes qui encouragent à l’individualisme; valeur qui, comme nous...
tracking img